GNL carburant – La solution anti-diesel pour les transports lourds ?

GNL carburant – La solution anti-diesel pour les transports lourds ?
Alors que les rĂ©glementations europĂ©ennes deviennent de plus en plus strictes en termes d’Ă©missions, le GNL carburant s’impose peu Ă  peu comme une vĂ©ritable alternative aux vĂ©hicules diesel dans les transports lourds... C’est ce que rapporte une nouvelle Ă©tude sur le dĂ©veloppement de la filière rĂ©alisĂ©e par SIA Partners et Energy Lab.

Un marché dominé par la Chine

Si la filière est aujourd’hui essentiellement portĂ©e par la Chine, qui dĂ©tient 92 % des stations-services mondiales et compte 80.000 vĂ©hicules GNL en circulation, l’Europe et les Etats-Unis devraient rattraper leur retard grâce Ă  la mise en oeuvre d’incitations fortes pour le dĂ©veloppement des infrastructures. En Europe, le projet BlueCorridors fait parte des initiatives les plus importantes avec pour objectif la mise en service d’une station tous les 400 kilomètres le long des principaux axes.

La norme Euro 6 favorable au GNL

Selon les scĂ©narios, la filière pourrait dĂ©passer les 40 millions de tonnes par an d’ici 2020, reprĂ©sentant entre 1 et 2% de la consommation mondiale de carburant dans le secteur du transport routier. Le dĂ©veloppement du GNL est particulièrement portĂ© par la nouvelle norme Euro 6 qui rend la technologie compĂ©titive vis-Ă -vis du diesel. « L’arrivĂ©e de la norme Euro 6, oblige les moteurs diesel Ă  ĂŞtre Ă©quipĂ©s de filtres (EGR, SCR) lourds et coĂ»teux. En parallèle, le GNL prĂ©sente une qualitĂ© environnementale supĂ©rieure Ă  ces normes pour un coĂ»t rĂ©duit sans addition de filtres supplĂ©mentaires » souligne l’Ă©tude.

Fort développement attendu dans le GNL marin

Dans le secteur maritime, le durcissement des normes sur les Ă©missions de souffre vont forcer les armateurs Ă  convertir leurs navires. A ce jour, le GNL maritime est majoritairement utilisĂ© en Europe et le marchĂ© se concentre essentiellement autour de la mer baltique qui compte plus de 75% des infrastructures d’avitaillement existantes. « Le faible coĂ»t de fonctionnement du GNL et sa capacitĂ© Ă  supporter de futurs durcissements règlementaires environnementaux sont des atouts majeurs face aux autres alternatives » souligne l’Ă©tude, rappelant que dĂ©ploiement du GNL nĂ©cessitera l’installation d’infrastructures spĂ©cifiques dans la plupart des ports. Ainsi, si le marchĂ© du transport maritime s’avère beaucoup plus restreint que le transport routier, le fort intĂ©rĂŞt des armateurs pour le GNL laisse prĂ©sager un « marchĂ© du GNL marin d’une taille supĂ©rieure Ă  celle du GNL routier ». Une croissance qui sera bien Ă©videmment conditionnĂ© par l’Ă©volution des rĂ©glementations internationales en matière d’Ă©missionsÂ…


Partager cette page

A lire également

Ajouter un commentaire