Quand Londres ecarte le GNV de sa stratégie bas carbone

Quand Londres ecarte le GNV de sa stratgie bas carbone
Gasrec, l’un des principaux acteurs du gaz naturel au Royaume-Uni, a exprimé sa déception suite à la publication d’un rapport de la municipalité de Londres destiné à recenser les énergies alternatives au diesel où la filière gaz naturel est tout simplement ignorée…
 
« C’est une honte, et une occasion manquée, qu’un tel rapport d’une ville phare du Royaume-Uni ait complètement raté l’occasion d’explorer véritablement une solution crédible et facilement accessible pour répondre aux problématiques de pollution dans les centres urbains. Il serait également très triste que d’autres villes à travers le pays suivent la même trajectoire sans considérer les avantages et les opportunités qu’apporte le gaz naturel » a souligne Rob Wood, directeur de Gasrec.

700 camions au gaz au Royaume-Uni

Pour Gasrec, l’utilisation du gaz naturel dans les transports représente une solution bénéfique pour l’environnement pour alimenter la prochaine génération de poids lourds. Avec le soutien de constructeurs tels qu’Iveco, Mercedes-Benz, Scania ou Volvo, quelques 700 camions au gaz naturel circulent outre-manche. Ils sont utilisés par de nombreuses grandes marques dont DHL et Tesco qui assurent déjà des livraisons au centre de Londres.
 
Et dans le cas de Londres, la municipalité n’aurait pas à faire beaucoup d’efforts pour favoriser l’émergence de la filière. Avec une offre Euro 6 de plus en plus large, il suffirait à la ville de déployer un réseau modeste de stations pour amorcer la pompe. Pour Gasrec, cela permettrait de réduire les émissions nocives issues des véhicules de livraison qui représentent aujourd’hui 17 % des émissions de NOX.
 
« Une recommandation supplémentaire serait peut-être d’encourager le Maire de Londres à s’attaquer à la réduction du bruit » souligne Rob Wood, rappelant les faibles émissions sonores des moteurs à gaz qui les rendent particulièrement adaptés pour une utilisation nocturne sans nuisance pour les riverains.

Partager cette page

A lire également

Ajouter un commentaire