GRDF – « Rouler au GNV aujourd’hui, c’est rouler au bioGNV demain » - Entretien avec Véronique Bel

GRDF – « Rouler au GNV aujourd’hui, c’est rouler au bioGNV demain » - Entretien avec Véronique Bel
Multipliant les partenariats et les annonces, GRDF est aujourd'hui un acteur clé de l'écosystème français du gaz carburant. Du positionnement du groupe à son rôle de « facilitateur » dans l’émergence de nouveaux projets, Gaz-Mobilité revient sur la stratégie de GRDF en matière de GNV et de BioGNV avec Véronique Bel, Chef de projet Mobilité du groupe.

Aujourd’hui, la mobilité durable devient un sujet de plus en plus important pour les collectivités. Comment GRDF les accompagne t’il dans leurs projets GNV ?
 
Véronique Bel, Chef de projet Mobilité chez GRDFVéronique Bel, Chef de projet Mobilité chez GRDF.
La mobilité est effectivement un sujet qui devient de plus en plus prégnant au sein des collectivités. GRDF, acteur de référence du monde de l’énergie et expert dans le domaine du gaz les accompagne depuis toujours dans leurs choix énergétiques. Aussi, de la simple information à la conversion de leur flotte au GNV/ bioGNV, nous nous engageons à leurs côtés pour les conseiller dans leurs projets de mobilité durable.

Nous venons par exemple de signer, le 10 novembre dernier, un partenariat avec Toulouse Métropole pour travailler sur un schéma de déploiement de plusieurs stations d’avitaillement. Dans ce type de projet, GRDF joue un rôle de facilitateur avec une approche très collaborative. Nous invitons tous les acteurs à se mettre autour de la table : investisseurs, vendeurs de carburants, constructeurs de stations etc… pour étudier ensemble quelle serait la meilleure solution.

Pour être au plus proche des projets, vous misez sur un réseau de correspondants et de référents locaux ?

Etre au plus près des utilisateurs et de leurs besoins est primordial. C’est pourquoi, nous animons, en lien avec nos représentants territoriaux un réseau de référents. Celui-ci assure notamment la remontée d’information et le partage d’expériences. Cette transversalité est pour nous essentielle car ce sont surtout les initiatives locales qui font bouger les lignes du GNV. Par ailleurs, les expérimentations concluantes ont vocation à être déployées sur d’autres territoires. Ainsi, l’expérience des uns profite à tous !

GRDF participe t-il au financement de certains projets menés par des collectivités et entreprises ? 

Nous soutenons le développement de projets GNV sur l’ensemble du territoire français et,  quand cela est possible, nous les aidons aussi financièrement. En région Rhône-Alpes par exemple, nous expérimentons avec l’Ademe, un fonds de soutien à l’acquisition de poids lourds. En soutenant les transporteurs dans l’achat des premiers véhicules, nous favorisons l’émergence de nouvelles stations ouvertes au public. Pour GRDF, l’adaptation de ce type de dispositif sur d’autres régions permettrait de contribuer à mailler le territoire en stations GNV.
 
Au-delà des collectivités, GRDF se rapproche également des professionnels ?

Effectivement pour aller plus loin et développer l’utilisation du GNV/bioGNV, il faut mobiliser tous les acteurs qu’ils soient publics ou privés. C’est la raison pour laquelle nous avons récemment conclu un partenariat avec la Fédération National des Transporteurs Routiers (FNTR) pour accompagner la filière transport de marchandise (voir notre article).
 
 
Quelle est votre positionnement vis-à-vis de la voiture particulière et du grand public ?

En France, l’offre en véhicules légers n’est pas encore très développée et les aides des pouvoirs publics très axées sur la voiture 100 % électrique. Chez GRDF nous considérons, qu’il faut au préalable mailler le territoire avec des stations d’avitaillement accessibles au public. En déployant progressivement des stations publiques pour véhicules lourds, on offre également de futurs points d’ancrage aux véhicules particuliers et des opportunités pour tirer le marché du grand public. Pour le GNV, Il s’agit dans un premier temps de réussir le challenge du véhicule lourd pour préparer celui du véhicule léger.
 
Difficile de promouvoir le GNV sans être soi-même exemplaire… Qu’en est-il de la flotte GRDF ?

Avec près de 1 600  véhicules, GRDF dispose de la plus importante flotte privée française roulant au GNV. Qu’ils soient à destination commerciale ou technique, ces véhicules répondent aux besoins de nos équipes territoriales et font des collaborateurs GRDF des ambassadeurs du GNV/bioGNV. Nous utilisons des citadines telles que la Volkswagen Eco-Up ou la Fiat Punto – mais aussi des utilitaires comme l’Iveco Daily ou le Mercedes Sprinter que nous sommes en train d’expérimenter.

Pour l’avitaillement, nous disposons de stations privées ou publiques. A noter que certaines des stations privées, initialement construites pour l’usage exclusif de GRDF, ont ensuite été ouvertes au public. A ce jour, entre stations publiques et privées, nous disposons d’une soixantaine d’installations dont 50 % sont exclusivement réservées à GRDF.

Une Fiat Punto au GNV issue de la flotte GRDF.


Le bioGNV sera sans doute l’un des principaux leviers de la transition vers le gaz carburant (GNV). Quelle est l’implication de GRDF ?

Chez GRDF nous avons la conviction que rouler au GNV aujourd’hui, c’est rouler au bioGNV demain !

Notre objectif pour 2018 est de favoriser l’émergence de 100 sites de production de biométhane qui injecteront du gaz vert dans le réseau de distribution que nous exploitons. Le biométhane est un levier important du développement du GNV car grâce à lui on roule vert toute l’année et inversement, car selon l’Ademe, la mobilité durable est l’utilisation la plus vertueuse du biométhane.

Aujourd’hui, certaines collectivités – comme Forbach ou Lille – roulent déjà au bioGNV et d’autres songent à basculer du GNV vers le bioGNV. D’ou l’intérêt de GRDF d’accompagner les porteurs de projets.

Pour plus d'information

GRDF
Acteur de référence du gaz, GRDF est convaincu des atouts économiques et écologiques du GNV (Gaz Naturel Véhicule) et en particulier de sa version 100 % renouvelable, le bioGNV

   En savoir plus 

Tags :Véronique BelGrDF

Pays : France




1 commentaire


Publié le 07/12/2015 à 21:45 par _Hub_
Il y a quelques annes j’ai roul pendant 1 ans en Doblo GNV. Vraiment super & sans problme...
Stop au gasoil, oui au GNV...
Le gasoil est le pire carburant auto... (30 ans de perdu)
Il est urgent de rgulariser les taxes des carburants. Il est parfaitement anormal de voir un gasoil moins cher alors qu’il est plus coteux produire & plus polluant!
Un manque gagner de prs de 7 milliards d’euros par an pour le budget de l’tat !
Signons la ptition "essence-gasoil, mmes taxes"

_lien:_ http://chn.ge/1JTTsq8 _

Merci

Ajouter un commentaire

je souhaite recevoir une notification si d'autres personnes répondent à ce post


Sponsors 2017
Soutien institutionnel