Maine-et-Loire : la station de Saumur sera 100 % bioGNV

Maine-et-Loire : la station de Saumur sera 100 % bioGNV
Située sur l’axe Nantes-Lyon, la station de Saumur ouvrira ses portes en avril 2019 et devrait être 100 % bioGNV. Directrice Générale de la Séma-E, l’une des sociétés à l’origine du projet, Aurélie Kaminski nous détaille l’avancée du dossier.
 
Annoncé en septembre 2017 lors d’une rencontre organisée avec les professionnels, le projet de station GNV du territoire saumurois avance à grands pas. « En septembre on avait déjà en tête d’où on voulait aller mais il fallait qu’on valide l’implantation » nous explique Aurélie Kaminski, Directrice Générale de la Séma-E. C’est désormais chose faite ! Couvrant l’axe Nantes-Lyon, la station sera installée à côté du Breil, à proximité immédiate du centre-ville. Un emplacement idéal pour les professionnels.
 
« L’idée est de pouvoir être facilement accessible par les transporteurs qu’ils se situent au nord ou au sud de Saumur. Nous sommes en entrée de ville, l’objectif était aussi d’être visible » explique notre interlocutrice qui compte intégrer cette station à un pôle mobilité durable qui comportera également une aire dédiée au covoiturage et des bornes à recharge rapide pour les véhicules électriques.
 
Si le projet saumurois vise essentiellement les poids-lourds, la station sera ouverte à tous, avec ou sans abonnement, et disposera d’un module de paiement par carte bancaire pour répondre aux besoins de la clientèle de passage. « Au final il y aura cinq distributeurs. Trois au départ pour limiter l’investissement. Compression, stockage… tout est prévu pour être évolutif » explique notre interlocutrice.
 
Pour assurer une consommation minimale dès l’ouverture de la station, l’objectif des différents partenaires est de parvenir à démarrer avec une vingtaine de poids-lourds. A l’échelle locale, les entités qui soutiennent et financent le projet ont déjà pris des engagements. « Assez rapidement, nous devrions avoir trois bus et deux BOM » chiffre Aurélie Kaminski qui souligne également l’implication des transporteurs. « Deux sont très motivés et d’autres s’interrogent sur de plus petites flottes » détaille notre interlocutrice.
 
Estimé à 1.3 millions d’euros, le projet sera co-financé par les différents partenaires et pourrait bénéficier de différentes aides. « Nous allons nous positionner sur le dernier AAP ADEME dédié aux petits territoires » précise notre interlocutrice qui évoque également la piste régionale, la région Pays de la Loire étant intéressée pour financer quelques stations sur le territoire et notamment celles qui « initient la démarche ».
 
Quant à la construction et à l’exploitation, pas d’opérateur tiers mais une gestion directement assurée par les parties prenantes concernées. « En termes de fonctionnement, nous sommes sur le même schéma que la station vendéenne d’Agribiométhane » souligne notre interlocutrice.
 

100 % bioGNV

Porté par trois entités – la Séma-E, Loire Compost Environnement et Agriopale, le projet est lié à la construction d’une unité de méthanisation sur le territoire saumurois. « On sera 100 % BioGNV ce qui nous permettra de valoriser notre production locale » détaille Aurélie Kaminski.
 
« On a démarré les deux projets en même temps. A priori, la station ouvrira en avril et l’unité de méthanisation à l’automne 2019 » estime notre interviewée qui nous donne rendez-vous en septembre pour un nouvel événement qui permettra de faire un point sur l’avancée du projet.

Partager cette page

A lire également

Ajouter un commentaire