En Belgique, le biométhane pourrait faire rouler deux millions de véhicules

En Belgique, le biométhane pourrait faire rouler deux millions de véhicules
Avec la Green Gas Platform, ValBiom, Biogas-e et Gas.be cherchent à démontrer le potentiel du gaz vert en Belgique et à mobiliser les pouvoirs publics autour de cette filière d’avenir.   
 
« Le biogaz, comme les autres gaz renouvelables, peut jouer un rôle essentiel pour atteindre nos objectifs climatiques » rappelle Didier Hendrickx, PA Manager chez Gas.be, « Mais en Belgique il manque encore une approche claire et axée sur un soutien permettant la valorisation complète du potentiel existant » regrette-t-il. Pour tenter de mobiliser les pouvoirs publics sur le sujet, la Green Gas Plateform, initiative commune des gaziers lancée en début d’année, a publié une première étude permettant d’évaluer le potentiel de la filière biométhane sur le territoire belge.
 
« En association les représentants du secteur biogaz et les gaziers, l’idée de cette étude est d’activer le marché et de faire prendre conscience au monde politique et économique de la plus-value certaine du biogaz pour répondre aux objectifs climatiques » résume Didier Hendrickx.
 

Jusqu’à 15,6 TWh par an

« Aujourd’hui nous exploitons environ 10 % du potentiel mais si nous utilisons tous les flux de biomasse disponibles en Belgique, nous atteindrons une production de 15,6 TWh par an, soit 74 % du chemin à parcourir par la Belgique entre 2020 et 2030 en termes d’énergie renouvelable de même que 88 % de la réduction de CO2 exigée sur la même période » chiffre Matthieu Schmitt, représentant de ValBiom.
 

Du bioGNV pour un tiers du parc belge

« En méthanisant tous les flux de résidus organiques existants, on pourrait alimenter un tiers des voitures particulières belges (2millions de voitures) » cite le volet mobilité du rapport. Un biométhane qui pourrait à terme servir les quelque 120 stations GNV disponibles sur l’ensemble du territoire belge.
 
« Lorsqu’on voit un PitPoint qui propose du 100 % biogaz aux Pays-Bas, c’est quelque chose que l’on pourrait dupliquer en Belgique. D‘abord par de l’importation puis par une production locale » estime Didier Hendrickx qui confirme l’intérêt des opérateurs belges à intégrer la dimension gaz renouvelable au sein de leur stratégie.

Des barrières à lever

Si les projets de méthanisation se multiplient depuis fin 2018, date à laquelle un premier site d’injection a été inauguré en Flandre, de nombreuses barrières restent à lever pour « libérer » la filière.
 
« Il y a encore beaucoup de choses à améliorer sur le plan réglementaire et législatif en lien avec les régions et le régulateur » estime Didier Hendrickx. Cherchant à anticiper les besoins à venir, Gas.be et Fluxys ont même initié un premier registre pour lancer les certificats d’origine. « Cela fonctionne. Maintenant, c’est aux autorités de voir si elles veulent utiliser le système ou développer le leur » explique notre interviewé. Car en Belgique, tout n’est pas simple. Aux décisions adoptées par les autorités fédérales s’ajoutent celles des différentes provinces.
 
A ce nécessaire cadre réglementaire s’ajoutent d’autres leviers. Les auteurs du rapport appellent ainsi à « activer et faire prospérer le marché du biogaz au moyen d’incitants appropriés ».

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Découvrez le premier SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire