Transport : la Task Force sur la transition énergétique croit aux vertus du biogaz

Transport : la Task Force sur la transition énergétique croit aux vertus du biogaz
Le groupe de travail interministériel réunissant transporteurs, chargeurs, énergéticiens et constructeurs depuis fin 2020 doit signer mi-juillet une convention pour la transition énergétique du poids lourd. Ses membres recommandent l’utilisation du bioGNV pour décarboner le transport routier de marchandises (TRM).

Le biométhane, carburant plus vert et mieux distribué

Après plus de six mois d’échanges et de réflexion, la Task Force consacrée au verdissement du transport de fret va rendre son rapport. Les fédérations du transport, représentées notamment par Jean-Marc Rivéra, secrétaire général de l’OTRE, réclament « une énergie propre, répondant aux besoins des métiers à des coûts viables et avec un vrai réseau de distribution ». Ce qui place le biométhane aux premières loges, puisqu’il coche toutes ces cases, contrairement à l’électricité ou l’hydrogène qui, pour le moment, n’ont pas de plan de distribution. 

« EDF a prévenu qu’elle manquera d’électricité pour alimenter en même temps les bornes VL et VI dans les stations », précise M. Rivéra. La Task Force a bien entendu étudié toutes les possibilités, comme l’Oleo100, ce carburant végétal à base de colza, mais seule la filière gaz sort du lot, grâce à la densification continue du réseau. Rappelons que la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) prévoit 845 stations d’avitaillement GNV/bioGNV rentables en 2028 sur l’ensemble du territoire.

100% de bioGNV d’ici 2050

Erwan Célérier, délégué FNTR aux affaires techniques, s’est exprimé : « Les premiers résultats de la Task Force montrent que le GNV a un TCO (coût total de possession ndlr) très proche de celui du gazole. Il a donc du sens en termes de rendement et d’accession à la transition énergétique à moindre coût et avec de réels gains en CO2, en Nox et en particules fines ». 

Et pour une décarbonation totale, le bioGNV se démarque clairement, faisant travailler à la fois les acteurs du transport et les agriculteurs locaux. Il représentait 17,5% de la consommation de GNV en France en 2020, et cette part ne fera qu’augmenter avec l’amélioration du réseau de distribution : GRDF prévoit de fournir 100% de gaz vert d’ici 2050. Lors des débats, GRDF a par ailleurs invité le gouvernement à remplacer le suramortissement sur l’achat d’un poids lourd GNV par un crédit d’impôt de 20%, considéré plus attractif pour les transporteurs.

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Seat Arona TGI
Testez le SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire