CRMT va booster l'autonomie des balayeuses GNV de la Ville de Paris

CRMT va booster l'autonomie des balayeuses GNV de la Ville de Paris
CRMT va travailler avec les équipes de la ville de Paris pour apporter plus d’autonomie aux balayeuses GNC exploitées par la municipalité.
 
Déjà engagé dans de nombreux projets liés à la mobilité GNV, CRMT a été retenu par la ville de Paris pour augmenter l’autonomie de ses balayeuses fonctionnement au gaz naturel.
 
« En exploitation, la Ville de Paris a constaté qu’elle éprouvait des difficultés à disposer de suffisamment d’autonomie sur ses balayeuses GNC pour exécuter la totalité de chaque itinéraire prévu » nous explique Jean-Etienne Péron, sales engineer au sein du CRMT. « En configuration camion-benne, les véhicules utilisés, des Iveco Eurocargo, ont 6 réservoirs situés le long du châssis. En configuration balayeuse-aspiratrice, les équipements condamnent l’emplacement. Il n’y alors plus que trois réservoirs situés juste derrière la cabine. Compte tenu des surconsommations liées à la balayeuse et à l’ensemble des systèmes hydrauliques, l’autonomie est un peu juste » justifie-t-il.

 

Un quatrième réservoir et un nouveau rack

« Par rapport à la masse et aux dimensions des balayeuses, nous avons constaté qu’il était possible d’ajouter un réservoir supplémentaire. Pour ce faire, nous allons reconcevoir le rack d’origine pour supporter le poids de ce quatrième réservoir » détaille le représentant du CRMT. « Nous avons travaillé avec les équipes d’Iveco afin qu’elles valident les modifications » précise-t-il.
 
Fourni par Iveco, ce réservoir permettra d’apporter 140 litres de capacité supplémentaire, soit 560 litres au total. « Il sera strictement identique aux trois autres, ce qui facilitera l’ensemble des contrôles mais aussi les interventions puisque les pièces seront identiques » précise Jean-Etienne Péron.
 
Les équipes du CRMT recevront un premier véhicule dans leurs locaux de Dardilly, au sud de Lyon, au mois de février. L’opération consistera donc à démonter le rack d’origine et à installer le nouveau avec le quatrième réservoir en intégrant l’ensemble des opérations de contrôle.
 

Vers un kit « standard »

Si ce premier véhicule bénéficiera d’une homologation à titre isolé, les équipes du CRMT anticipent déjà un éventuel passage à l’échelle. « Si la solution convient , il pourrait y avoir d’autres véhicules à adapter. La ville de Paris dispose de plusieurs véhicules de ce type et d’autres collectivités pourraient être intéressées. Nous pourrions alors homologuer sur de petites séries » se projette Jean-Etienne Péron.
 

Pour plus d'information - contactez nos partenaires

Partager cette page

A lire également

Ajouter un commentaire