En Europe, les ventes de voitures GNV ont progressé de 30 % en 2018

En Europe, les ventes de voitures GNV ont progressé de 30 % en 2018
Malgré les difficultés enregistrées au dernier trimestre avec l’arrivée du nouveau cycle WLTP, les ventes de voitures GNV ont enregistré une belle progression l’an dernier. Avec 65957 unités écoulées, le marché a progressé de 30 % par rapport à 2017.
 

Un dernier trimestre difficile !

Si le bilan s’avère bon sur l’ensemble de l’année écoulée, le dernier trimestre aura été compliqué pour la voiture au gaz naturel.
 
Avec l’arrivée du nouveau cycle WLTP, de nombreux constructeurs ont été contraints de retirer leur offre faute d’avoir pu renouveler leurs homologations. Ce fut le cas pour Fiat –qui a retiré de son catalogue les Punto, Doblo, Fiorino et 500L au gaz – mais aussi de l’ensemble des marques du groupe Volkswagen. Contraint d’orchestrer l’homologation de plusieurs centaines de modèles, le géant allemand a choisi de laisser provisoirement de côté une grande partie de son offre alternative et ne lancer les procédures d’homologation qu’avec l’arrivée des nouvelles motorisations. Ce fut ainsi le cas pour les très populaires Polo et Golf TGI dont les nouvelles versions ont été présentées il y a peu.
 
Résultat : face à cette disparition de l’offre, les ventes se sont naturellement effondrées au dernier trimestre 2018. Avec seulement 6798 immatriculations, le marché a reculé de 55 % par rapport au dernier trimestre 2017 où plus de 15.000 voitures au gaz avaient été immatriculées.


 

L’Italie et l’Allemagne en tête des ventes

Leader incontesté du gaz naturel en Europe, l’Italie conserve sa première place. Avec un total de 37.406 véhicules écoulés, le segment y progresse de 14,2 % par rapport à l’an dernier.
 
En seconde position, l’Allemagne totalise 10.804 immatriculations et enregistre l’une des plus belles progressions du marché européen : + 190 % par rapport à 2017. Volant sa troisième place à la Suède, la Belgique totalise près de 4000 immatriculations, soit une augmentation de 60 % par rapport à 2017. Elle est suivie par l’Espagne qui, avec 3754 immatriculations, voit ses ventes s’envoler de 200 % par rapport à 2017.
 
A l’échelle européenne, d’autres marchés enregistrent des hausses importantes du nombre d’immatriculations de voitures particulières au gaz. C’est notamment le cas de la Finlande (1161 immats - + 168 %) et de la Grèce (1025 - +206 %).
 

La France en queue de peloton

Si la plupart des pays limitrophes totalisent plusieurs milliers d’exemplaires écoulés, la France reste en queue de peloton du marché européen. Avec 127 voitures GNV immatriculées en 2018, l’Hexagone enregistre une hausse limitée à 10 % l’an dernier.
 
Si la faiblesse du marché français s’expliquait surtout par le manque de stations il y a encore quelques années, c’est à présent du côté de l’offre – quasi-inexistante – et du manque de dynamisme des constructeurs qu’il faut regarder. BMW i3, Renault ZOE, Nissan Leaf… alors que la voiture électrique multiplie les spots publicitaires en tous genres pour dynamiser ses ventes, la voiture GNV reste bien trop discrète pour esperer attirer de nouveaux clients. En 2019, l’arrivée de nouveaux entrants sur le marché tels que Seat ou Volkswagen pourraient toutefois changer la donne. Sous réserve qu'ils se donnent les moyens de communiquer sur cette nouvelle offre et d’accompagner le lancement du GNV à travers leurs réseaux…


 
Source : ACEA


Partager cette page

A lire également

1 Commentaire

  1. rmuPublié le 20/02/2019 à 16:59

    Les chiffres d’immatriculations affichés par l’ACEA pour l’Autriche ne sont pas les bons car elle ne tient compte que des véhicules monovalent et pas des véhicules bivalents:
    2018: 641 dont 531 bivalent
    2017: 435 dont 321 bivalent
    => 2018/2017: + 47,36 %
    Source : STATISTIK AUSTRIA

Ajouter un commentaire