La métropole de Rennes attend 68 bus GNV

La métropole de Rennes attend 68 bus GNV
Dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), Rennes Métropole remplacent progressivement les bus diesel actuellement en service. La collectivité mise sur l’électrique et le GNV.

La fin des modèles diesel

La collectivité d’Ille-et-Vilaine a décidé fin 2015 de ne plus acquérir de nouveaux bus diesel pour son réseau Star (Service des transports en commun de l’agglomération rennaise), opéré par Keolis. A échéance 2030, toute la flotte ne devrait plus être composée que de modèles électriques et à gaz naturel. La conversion commence officiellement cette année 2021. En plus d’une expérimentation avec les Bluebus du constructeur breton Bolloré, un contrat pour la fourniture de 92 bus électriques a été passé fin 2020 avec Evobus.

Désormais, Rennes Métropole porte ses efforts sur les bus fonctionnant au gaz naturel, avec l’objectif de les alimenter en partie au biogaz. D’abord dans une proportion de 20 %, puis 30 % à partir du 1er janvier 2025. Le GNV est préféré à l’électricité pour les lignes métropolitaines dont les kilométrages et les vitesses commerciales sont plus importantes que sur les dessertes urbaines.
 

39 + 17 + 12 = 68 bus GNV

Au total, 68 bus GNV sont attendus entre aujourd’hui et 2023, dont 22 articulés. Les 39 premiers exemplaires devraient être livrés progressivement pour septembre prochain. Dès le présent mois de juin 2021, plusieurs exemplaires circuleront sans prendre de voyageurs afin de vérifier que tout fonctionne bien.

Les habitants de la ville pourront les repérer au coffrage sur le toit qui abrite les réservoirs de gaz. Cette première flotte, confiée aux habituelles entreprises locales (Keolis Armor, TIV et Linevia) par Keolis, prendra ensuite rapidement son service. La feuille de route prévoit ensuite la livraison de 29 autres bus GNV : 17 en 2022 + 12 en 2023. Le renouvellement du parc s’accompagne d’une refonte de la présentation extérieure des engins en remplacement de celle qui remontait à 1997. Tous les modèles fonctionnant au GNV arboreront le slogan : « Ce bus roule au gaz naturel ».
 

Des travaux importants en cours

Aussi bien pour l’avitaillement en GNV que pour assurer la maintenance des nouveaux véhicules, les transporteurs sous-traitants réalisent actuellement d’importants travaux dans leurs dépôts.Tout d’abord pour la mise aux normes des ateliers. Ensuite pour équiper chaque place de parking d’un distributeur lent.

Selon les informations communiquées par Rennes Métropole, le GNV proviendra de stations avec distributeurs rapides installées à proximité immédiate des dépôts de Chartres-de-Bretagne et de Montgermont. Ces sites dépendent de Bretagne Mobilité GNV35, filiale du syndicat d’énergie départemental SDE35. La collectivité métropolitaine prend en charge le surcoût d’investissement pour un montant total de 23 millions d’euros, dont 7 millions d’euros au titre du contrat en délégation de service public pour la période 2021-2024.

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Leon GNV TGI

Seat Leon TGI
La nouvelle compacte au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le nouvelle Seat Leon TGI, la compacte GNC aux 400 km d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire