GNV et bioGNV : à Lille, 100 % des bus roulent au gaz naturel



Avec 100 % de sa flotte de bus urbains motorisée au GNV depuis 2013, l’Eurométropole de Lille fait office de précurseur pour la filière.
 
« Le gaz naturel véhicule apporte une réelle plus-value en termes d’impacts environnemental » comment Erwan Lemarchand, Directeur Energie au sein de l’Eurométropole, dans une vidéo diffusée par GRTgaz dans le cadre de sa campagne l’Energie des Possibles. « Cela permet de limiter la pollution atmosphérique avec la baisse des émissions de particules fines et d’oxyde d’azote. C’est lutter contre le réchauffement climatique avec 10 à 20 % d’émissions en moins par rapport à diesel. Le GNV améliore la qualité de vie de chacun : plus d’odeur, plus de fumée et moitié de moins de bruit que les bus traditionnels » ajoute le représentant de l’Eurométropole.
 

Du GNV au bioGNV

Outre le développement du GNV, l’Eurométropole s’attèle également à développement sa version renouvelable.
 
« Remplacer le GNV par du bioGNV, c’est réduire encore plus fortement les émissions de gaz à effet de serre. C’est disposer d’un carburant moins carboné tout en maitrisant les couts sur le long terme pour nos transporteurs. C’est enfin permettre de développer une filière locale de production de biométhane pour alimenter la filière transport » commente Erwan Lemarchand.
 
« Aujourd’hui, c’est 40 % de bioGNV qui alimentent nos bus. Nous sommes dans une démarche qui illustre avec succès la pertinence du GNV et du bioGNV pour réussir la transition énergétique et écologique dans les transports » conclut-il.

Partager cette page

A voir également