L'AFNGV appelle l'Europe à reconnaitre le bioGNV comme carburant décarboné

L'AFNGV appelle l'Europe à reconnaitre le bioGNV comme carburant décarboné
Alors que s’ouvre la révision du règlement Européen CO2 (UE) 2019/1242 pour les véhicules utilitaires lourds neufs, l’association française du gaz naturel pour véhicules (AFGNV) appelle les instances européennes à reconnaitre le caractère renouvelable des biocarburants, et en particulier du bioGNV.

Aujourd’hui uniquement basé sur les émissions à l’échappement, le calcul des émissions de CO2 laisse de côté certaines filières pourtant vertueuses sur un cycle beaucoup plus global. Alors que s’ouvre les discussions sur la révision du règlement européen sur les véhicules utilitaires lourds neufs, l’AFGNV et ses membres ont rédigé une note appelant à changer de mode de calcul.

« Une approche orientée sur une analyse « du réservoir à la roue » n'est pas cohérente avec d'autres législations européennes soutenant la décarbonation des transports, à savoir la directive sur les énergies renouvelables (RED) et la directive sur la taxation de l’énergie (ETD) (...) En vue d'atteindre l'objectif de l'UE de réduire les émissions du secteur des transports, nous proposons qu'une approche holistique, tirant parti des avantages de toutes les solutions de décarbonation durables disponibles, soit mise en place » argumente la note. Signée par 57 acteurs de la mobilité, celle-ci appelle à reconnaitre le bioGNV comme carburant renouvelable.

Télécharger la note

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Seat Arona TGI
Testez le SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire