Le biométhane poursuit sa progression en France

Le biométhane poursuit sa progression en France
GRDF, GRTgaz, le SPEGNN, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et Teréga ont présenté le 1er avril dernier la 6e édition du « Panorama du Gaz Renouvelable ». Un document qui confirme la forte dynamique de la filière française du biométhane mais aussi un record de consommation de bioGNV.

S’il ne représente toujours qu’une part infime de la consommation française, le biométhane poursuit sa progression dans l’Hexagone. C’est ce que souligne la 6e édition du « Panorama du Gaz Renouvelable » qui suit chaque année les évolutions de la filière.

91 nouveaux sites en 2020

Avec 91 nouveaux sites d’injection de biométhane mis en service l’an dernier, la France comptait 214 sites en service à fin 2020. D’une année sur l’autre, les quantités de gaz renouvelable injectées dans les réseaux ont été quasiment doublées et ont atteint 2 270 GWh en 2020.

En matière de répartition, le Grand Est est la région la plus dynamique. Avec 42 sites en service et une production chiffrée à 405 GWh l’an dernier, elle représente à elle seule près de 20 % de la production réalisée en 2020.

286 GWh consommés en bioGNV

Au fur et à mesure que le gaz se verdit, le GNV devient de plus en plus renouvelable. Selon le rapport, 286 GWh de bioGNV ont été consommés en 2020. C’est 36 de plus que les 250 GWh comptabilisés en 2019.

En 2020, le rapport chiffre à 173 le nombre de points d’avitaillement publics accessibles en France, dont 41 déployés sur la seule année 2020.

Un manque d’ambition qui inquiète la filière

Si les projets devraient continuer à se multiplier au cours des prochaines années, la filière s’inquiète du manque d’ambition de la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE). Publiée en mai 2020, celle-ci fixe un objectif de production de biométhane de 6 TWh en 2023 et de 14 à 22 TWh en 2028. Une ambition bien en deçà de la trajectoire nécessaire pour atteindre 10 % de la consommation de gaz couverte par du gaz vert en 2030.

Outre le fait d’imaginer de nouveaux mécanismes de financement pour prendre le relais des dispositifs existants et donner une vision à long terme aux investisseurs, les différents gestionnaires de réseaux appellent à développer de nouvelles façons de produire. Si des solutions comme la pyrogazéification ou la gazéification hydrothermale commencent à émerger, le cadre reste encore à définir. Idem pour le Power to Gas dont les objectifs fixés par la PPE restent très limités.

Pour plus d'information - contactez nos partenaires

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Seat Arona TGI
Testez le SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire