Bus GNV : la France en tête des immatriculations en Europe en 2019

Bus GNV : la France en tête des immatriculations en Europe en 2019
Représentant plus de 20 % de l’ensemble des bus et autocars au gaz naturel immatriculés, la France a pris le leadership d’un marché européen où le gaz s'impose comme la principale alternative au diesel. 
 
Avec 2668 immatriculations enregistrées en Europe (Suisse et Norvège inclus), le gaz naturel bondit de 76 % par rapport aux 1516 immatriculations enregistrées en 2018 révèle le rapport annuel publié par l'association des constructeurs automobiles européens (ACEA). En parts de marché, la solution gaz représente 6,1 % de l’ensemble des bus et autocars de plus de 3,5 tonnes immatriculés au cours de l’année 2019. En volume, les bus au gaz dépassent largement les bus électriques (1774) dont la part de marché s’élève à 4,1 % mais avec une hausse de 180 % sur une année.
 
En léger recul par rapport à 2018 (-0,5 %), le diesel reste majoritaire sur le segment. Avec plus de 36.000 immatriculations, il s’accapare près de 85 % de parts de marché.
 
  2018 2019 Evol
DIESEL 36807 36609 - 0.54 %
GAZ NATUREL 1516 2668 + 76 %
HYBRIDE 1239 2021 + 63 %
ELECTRIQUE 624 1774 + 184 %
 

La France leader du marché européen

Favorisée par les équipements massifs de la région francilienne, la France s’est hissée en tête du classement européen en 2019.

Avec 574 immatriculations et une progression de 90 % par rapport à 2018, le GNV prend 8,5 % du marché dans l'Hexagone, loin devant l’électrique qui ne représente que 4,2 % des immatriculations sur l'année écoulée. 
 
A l'échelle européenne, arrivent ensuite l'Espagne (463), l'Italie (303), la Suède (284) et la République-Tchèque (273). En parts de marché, c’est le Portugal qui occupe la première place. Le GNV a représenté de 34 % des immatriculations du pays en 2019, soit 206 unités sur un marché global limité à 601 exemplaires.
 
A l’inverse, la solution gaz est totalement absente sur certains marchés où le GNV est pourtant développé dans d’autres domaines, qu’ils s’agissent des voitures particulières ou des poids-lourds. En Allemagne, les bus GNV représentent moins de 1 % des immatriculations avec seulement 62 exemplaires écoulés. Même constat en Belgique où seuls 2 bus au gaz naturel ont été immatriculés sur un marché global de 900 véhicules.



Partager cette page

A lire également