Ces 2 jeunes se déchaînent pour promouvoir la mobilité au bioGNV

Ces 2 jeunes se déchaînent pour promouvoir la mobilité au bioGNV
Après avoir parcouru plus de 350 km en kayak pour nettoyer le canal de Nantes à Brest, Gaël Dragoner et Baptiste Guimard préparent leur participation au 4L Trophy avec une voiture qui sera prochainement convertie au gaz naturel. Les 2 ingénieurs de 23 ans, l’un dans la transition énergétique et l’autre dans les EnR, sont toujours à la recherche de sponsors.
 
En août dernier, les 2 Bretons respectivement originaires de Pontivy et Vannes ont descendu le canal de Nantes à Brest, en 15 jours. Un périple rythmé par les 233 écluses qui ont nécessité de sortir à chaque fois leur kayak de l’eau.
 
« Nous avons parcouru 364 kilomètres jusque Châteaulin. Nous avons tenu notre objectif d’éliminer tous les jours 1 kilo de déchets flottants. Soit, au total, 15,4 kg », chiffre Baptiste Guimard. « Nous avons été secoués de nos rencontres morbides : plusieurs chatons et chiots morts enfermés dans des sacs. Nous avons également trouvé en nombre des balles de tennis, des bouteilles en verre et en plastique, et des cannettes. Pour récupérer tout cela, nous disposions d’une grande épuisette dépliante », rapporte-t-il.


 

Quel rapport avec la mobilité GNV ?

« Les utilisateurs de petites embarcations comme les canoës bénéficient souvent de la sympathie des riverains rencontrés. Nous avons reçu un très bon accueil. En plus des cafés et repas offerts, nous avons lié une véritable amitié avec un couple de retraités. Abîmé, notre kayak a fini par ne plus être utilisable. Nous avons alors profité d’un élan de solidarité qui nous a permis de terminer notre parcours », raconte Baptiste Guimard.
 
Quel rapport avec la mobilité GNV cette mission écologique sur l’eau ? « C’était pour nous une opération de communication à travers laquelle nous avons présenté notre projet de participer l’année prochaine au 4L Trophy. Nous souhaitions attirer les journalistes. Ca a marché, puisque nous en avons retiré pas loin de 10 entretiens, dont un avec des représentants de GRDF », répond notre interlocuteur. « Par ailleurs, cet épisode ajoute un côté écolo à notre prochaine aventure. Il a montré aussi la détermination que nous mettons dans ce que nous entreprenons », complète-t-il.
 

Bientôt au 4L Trophy

« Je m’étais déjà engagé à participer à l’édition 2021 du 4L Trophy. J’ai connu une grosse prise de conscience écolo il y a un an. Plus la date du raid approchait, plus je ressentais un décalage avec mes valeurs. Finalement, l’annulation en raison du Covid a été un soulagement. Je l’ai pris comme une chance pour trouver un moyen de participer au raid en utilisant une énergie alternative », rapporte Baptiste Guimard. « Je pensais déjà à une conversion au bioGNV. Au même moment, Théophyle, l’un des fondateurs de l’association Biogaz4Life créait un groupe Facebook pour rechercher des participants prêts à rouler ainsi lors de l’édition 2022 du 4L Trophy », se réjouit-il encore rétrospectivement. « Nous sommes déjà 3 équipages motivés. Le nombre pourrait même grimper à 5 d’ici la fin de l’année », anticipe-t-il.
 
« Actuellement je travaille avec mon grand-père, mécano, à rafraîchir notre 4L berline de 1986, achetée il y a 1 an avec 163 000 km au compteur. Globalement, la mécanique est très bonne. Nous venons de vérifier l’état du carburateur, de retendre le câble de starter qui avait du jeu, et de revoir la tringlerie du levier de vitesse », liste Baptiste Guimard. « C’est davantage la carrosserie qui demande de l’attention. Il y a des petits pocs dessus et elle a été précédemment repeinte à la bombe en jaune avec des bandes noires. En attendant de retoucher cette présentation, nous avons déjà procédé au réglage de la fermeture des vitres et de la hauteur des portes. La Renault 4 est un excellent support pédagogique pour apprendre la mécanique et la carrosserie », juge-t-il.
 

 

Biogaz4Life au Vendée énergie Tour

« Notre 4L devrait pouvoir rouler au bioGNV en novembre prochain. La fourgonnette de Théophyle a déjà été convertie au début de l’été par Eric Sortino, de Catalgaz à Mont-de-Marsan, avec lequel je suis aussi en contact », détaille le jeune ingénieur.
 
Plus près de chez lui, à Locminé, il a aussi rencontré Hermine Auto qui s’est illustré en convertissant d’anciens Citroën HY pour Liger. Dans ce nœud très dynamique au sujet de la mobilité au biogaz est né l’opérateur en stations multi-énergies Karrgreen.
 
« Grâce à GRDF, Théophyle participera dans quelques jours au Vendée énergie Tour avec sa camionnette modifiée. J’y serai également, mais sans ma 4L », annonce-t-il. « Pour le raid et quelques déplacements à côté, nous devrions parcourir environ 10 000 km avec notre voiture. En février 2022, nous partirons de Bretagne pour rejoindre Biarritz, puis l’Espagne, et passerons au Maroc par le détroit de Gibraltar. Nous transporterons du matériel pédagogique pour les élèves de ce pays, comme c’est la règle avec ce rallye. Les écoles de ma ville vont nous aider », explique-t-il.


 

Méthanisation

« J’ai moins de connaissance que Théophyle dans la méthanisation pour laquelle il travaille en indépendant. Mais j’ai bien sûr entendu parler de ce courant d’opposition relayé par les médias. Ce que j’ai lu dans les journaux ne me fait cependant pas peur », assure Baptiste Guimard. « De quoi s’agit-il ? D’un accident et de nuisances sonores. Une technologie nouvelle demande du temps pour bien être installée et des approximations. A l’avenir la construction des méthaniseurs sera mieux étudiée et mieux réalisée, éliminant les risques de problèmes. Quant aux nuisances sonores, elles ne seront pas supérieures à celles du trafic des camions de lait », estime-t-il.
 

Un appel pour la conversion au bioGNV

« La participation au 4L Trophy n’est pas un objectif pour les équipages de l’association Biogaz4Life. Il constitue un moyen pour médiatiser nos convictions qui sont au nombre de 3 », lance Baptiste Guimard.
 
« Tout d’abord freiner cette course à la consommation incessante qui nous fait balancer à la poubelle du matériel encore utilisable. Nous appelons par exemple à la mise en place d’une prime pour convertir au bioGNV les véhicules jugés aujourd’hui polluants mais qui sont toujours en excellent état de rouler. Ce sera bien mieux que de détruire pour construire des modèles neufs », soutient-il. « Ensuite nous souhaitons l’arrêt de l’exploitation des énergies d’origine fossile, alors que nous pourrions déjà bénéficier d’une part beaucoup plus importante d’énergie renouvelable. Enfin nous sommes pour une éducation à la sobriété. Par exemple se déplacer à pied pour les courts trajets », poursuit-il.
 

En recherche de sponsors

Gaël Dragoner et Baptiste Guimard sont toujours à la recherche de sponsors pour les aider dans leur démarche. Notamment pour le financement de la conversion de leur Renault 4. Il est possible de joindre Baptise au 06.37.32.07.65, ou par messagerie Internet : baptiste.guimard@imt-atlantique.net.
 
 
Gaz Mobilité et moi-même remercions Baptiste Guimard pour avoir répondu très rapidement à notre sollicitation d’interview.
 

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Seat Arona TGI
Testez le SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire