Envitec mise sur le bioGNL pour la mobilité

Envitec mise sur le bioGNL pour la mobilité
Spécialiste de la méthanisation, Envitec étend ses activités au domaine de la mobilité. S’intéressant particulièrement au bioGNL, le groupe lancera en 2022 un premier démonstrateur d’envergure en Allemagne.

Car mobilité et énergie restent étroitement liés, les acteurs de la méthanisation sont de plus en plus nombreux à s’intéresser au sujet du bioGNV. Ainsi pour EnviTec Biogas. Présente en France depuis 2007, l’entreprise basée en Bretagne opère une quarantaine de sites de méthanisation en France. Elle est rattachée au groupe allemand EnviTec, fondé en 2002.

« Notre métier initial, c’est la conception, la construction et la production d’unités de production de biogaz. A l’échelle du groupe, on compte aujourd’hui un parc de plus de 170 MW d’unités de production en Europe occidentale et sommes en train de basculer sur la production de carburant » résume Mehdy Benyahia, Ingénieur technico-commercial au sein d’EnviTec Biogas.

Un premier site bioGNL en Allemagne

Compte tenu de son expérience dans le domaine de la liquéfaction, EnviTec souhaite se diriger en priorité vers la production de gaz naturel liquéfié. « En bioGNL, il y a de vrais besoins de fabrication de stockage. C’est là-dessus qu’on souhaite principalement se positionner » nous explique le représentant d’EnviTec.

Encore naissante, la filière ne compte aujourd’hui qu’une poignée de projets à travers l’Europe. Pour EnviTec, c’est en Allemagne, à Güstrow, qu’un premier démonstrateur à grande échelle est en train de se construire.

Alors qu’il valorisait jusqu’ici le biogaz en biométhane avec une capacité de l’ordre de 500 GWh/an, le site va être entièrement reconverti pour la production de biométhane liquide. « La reconversion du site de Güstrow nécessite des investissements dans une unité de liquéfaction du CO2, une unité de liquéfaction du biométhane (bio GNL) ainsi que d'importants investissements de remplacement de l’installation existante (couverture des digesteurs, agitateurs, etc) » explique Envitec sur son site Internet.

Jusqu’à 20 tonnes de bioGNL par jour

« A Güstrow, nous sommes en train d’investir 40 millions d’euros. Le site ouvrira à l’automne 2022 et sera capable de produire jusqu’à 20 tonnes de bioGNL par jour, soit l’équivalent de 9 000 tonnes par an » explique Mehdy Benyahia.

Ce GNL vert sera en grande partie fléché vers la mobilité. Deux opérateurs allemands ont déjà acté des contrats d’approvisionnement. Filiale d’Uniper, Liqvis utilisera le bioGNL d’Envitec pour alimenter ses stations. Même chose pour l’entreprise berlinoise Liquind qui compte aujourd’hui une quinzaine de stations outre-Rhin.

Quid d’un projet similaire en France ? « On sait qu’il y a une vraie demande, tant des transports routiers que maritimes. Le souci, c’est qu’il n’y a pas encore de business model clair pour le bioGNL en France » répond notre interlocuteur, faisant notamment référence aux garanties d’origine qui ne financent aujourd’hui que le biogaz injecté dans les réseaux.

Aussi en bioGNC

Si le bioGNL concentre aujourd’hui une grosse partie des efforts, EnviTec se positionne également sur les stations bioGNC.

« Sur le bioGNC, nous avons déjà des sites en Chine et en Allemagne où on couple production et distribution. En France, nous sommes en discussion pour lancer les premiers projets » détaille notre interviewé.

Pour plus d'information - contactez nos partenaires

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Leon GNV TGI

Seat Leon TGI
La nouvelle compacte au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le nouvelle Seat Leon TGI, la compacte GNC aux 400 km d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire