Relance économique : GRDF appelle à développer le biogaz et le GNV

Relance économique : GRDF appelle à développer le biogaz et le GNV
Lors d’une conférence organisée ce mardi 23 juin, GRDF a détaillé une série de 9 propositions censées relancer l’économie au lendemain de la crise. Sur le volet mobilité, l’entreprise propose notamment un crédit d’impôt pour l’acquisition de véhicules et de stations GNV.
 
Présentées par Édouard Sauvage, directeur général de GRDF, ces 9 propositions s’articulent autour de 4 axes : le gaz vert, la rénovation et la construction, la mobilité et la sécurité.
 

Accélérer le développement du gaz vert

« Le biométhane coche toutes les cases des enjeux d’actualité qu’ils soient économiques, sociaux, environnementaux. Le plan de relance est l’occasion d’en accélérer la production, alors que 9 français sur 10 plébiscitent la production d’énergie renouvelable locale » souligne GRDF qui propose 3 mesures volontaristes permettant d’anticiper l’essor du biométhane :
  • Accélérer les objectifs d’injection, fixés à 12 TWh dès 2023
  • Réduire les coûts de raccordement aux réseaux gaziers en portant la réfaction à 60 % sur 4 ans au lieu de 40 % aujourd’hui.
  • Libérer les capacités d’investissement en abrogeant le décret plafonnant à 0,4 %  du chiffre d’affaires de GRDF les investissements liés au renforcement des réseaux
« En accélérant la mise en service de nouveaux sites de méthanisation, la part du gaz vert consommé en France contribuera à décarboner les secteurs de la rénovation, de la construction et de la mobilité et plus globalement l’économie » souligne Edouard Sauvage.

Stimuler la mobilité GNV grâce au crédit d’impôt

Déjà relayée dans nos colonnes, la mise en place d’un nouveau mécanisme de soutien à destination des professionnels a de nouveau été évoquée par le Directeur Général de GRDF.

Pour l’acquisition des véhicules, l’idée serait de remplacer le mécanisme du suramortissement, peu efficace au regard des finances des entreprises, par un crédit d’impôt de 20 %. Une mesure qui pourrait être étendue aux utilitaires de moins de 2,6 tonnes afin de soutenir la transition énergétique des artisans. Selon GRDF, le coût pour l’Etat serait compris entre 30 et 40 millions d’euros par an auxquels s’ajouteraient 10 millions de plus en cas d’extension aux utilitaires.  
 
La mise en place d’un dispositif similaire pour le déploiement de stations GNV privatives est également évoquée. « Un crédit d’impôt de 50 %, plafonné à 100.000 euros par station, en 2020 et 2021 encouragerait la bascule des flottes » estime GRDF qui chiffre le coût de la mise pour l’Etat à moins de 10 millions d’euros, évoquant au passage la possibilité de recourir au mécanisme des CEE pour la financer.

Pour plus d'information - contactez nos partenaires

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Découvrez le premier SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire