En Haute-Savoie, Megève va convertir ses bus au gaz naturel

En Haute-Savoie, Megève va convertir ses bus au gaz naturel
Désireuse de devenir l’une des premières stations de ski à rouler avec une flotte 100 % propre, la municipalité de Megève vient d’acter sa transition vers le gaz naturel.

Réuni ce mardi 22 octobre, le conseil municipal de Megève a voté la transformation de l’ensemble de ses bus au GNV. Au total, sept bus diesel assurant les liaisons entre Rochebrune, le Mont d’Arbois et Cassioz seront ainsi progressivement remplacés par leurs équivalents GNV. 

« Aujourd’hui, en faisant le choix du gaz naturel pour l’équipement intégral de sa flotte de sept ski-bus, Megève se place comme la première station de ski au monde à s’engager vers cette solution durable. Elle marque également sa détermination à œuvrer continuellement pour la qualité de l'air de son village et de son environnement » souligne le communiqué publié par la municipalité.

Au sein des stations de sports d’hiver, le transport émet à lui seul 57% des émissions de gaz à effet de serre. « La solution gaz semblait s’imposer de manière évidente » souligne la collectivité qui liste les nombreux avantages de la technologie qui réduit de 96% les émissions de particules et de 70% celles d’oxydes d’azote par rapport au diesel. Les émissions de CO2 sont également diminuées de 30 % voire bien plus en cas d’utilisation de gaz d’origine renouvelable. 

Surcoût modéré

Pour la collectivité, le choix du gaz naturel tient également à des questions économiques. Par rapport au diesel, la municipalité précise que le surcout d’un bus au gaz est de l’ordre de 20 à 30 % contre 100 à 200 % pour l’électrique. 

A l’échelle du territoire, le gaz apporte également des avantages pratiques. Raccordée au réseau, la collectivité pourra facilement installer une station de ravitaillement. Celle-ci sera créée par Borini, une société locale de transports qui investira également dans les sept nouveaux bus au gaz.

Sur le plan contractuel, la collectivité précise avoir conclu un contrat sur une durée de sept ans avec un coût de l’ordre de 880.000 €/an, soit 13 % de plus que le diesel. Un surcoût qui pourra être facilement compensé par les économies réalisées à l’usage, le gaz restant aujourd’hui moins cher que le diesel.

A l’échelle du département, Megève n’est pas la seule à avoir choisi le gaz naturel. Prévoyant l’acquisition d’une quinzaine de bus, la communauté de communes de la vallée de Chamonix a déjà réalisé des tests avec plusieurs constructeurs

Illustration : bus GNV à Dieppe

Partager cette page

A lire également

Ajouter un commentaire