En Italie, les ventes de voitures GNV ont progressé de 14.3 % en 2018

En Italie, les ventes de voitures GNV ont progressé de 14.3 % en 2018
Alors que l’idée de la mobilité durable fait son chemin en Europe et ailleurs, il est intéressant de s’intéresser à ce qui se passe chez nos voisins. L’Italie n’a jamais cessé de s’intéresser au gaz naturel pour l’alimentation des voitures particulières. L’année dernière, 37.438 voitures au GNV ont été nouvellement immatriculées sur le territoire, contre 32.761 en 2017. Le mois de décembre semble cependant annoncer un revirement de situation en 2019.
 
En Italie aussi il existe un malus pour inciter les automobilistes à lâcher les modèles les plus émissifs en carbone. Au-dessus de 160 grammes de CO2 par kilomètre, la loi de finance qui s’appliquera du 1er mars 2019 au 31 décembre 2021 prévoit une pénalité qui s’étendra de 1.100 à 2.500 euros.
 
La quasi-totalité des modèles de voitures particulières GNV actuellement commercialisés en Italie se situent en dehors de la zone d’application du malus, tout comme une bonne partie de leurs versions essence ou diesel. Les incertitudes qui pèsent sur les voitures alimentées au gazole peuvent expliquer à elles seules une baisse des ventes de voitures particulières de 3,3% en 2018 par rapport à 2017 (1.923.718 voitures particulières nouvellement immatriculées en 2018, contre 1.989.802 en 2017).

Volumes annuels

En pourcentages, le GNV pourrait sembler en Italie moins dynamique que d’autres solutions de mobilité durable. Mais en volumes, on ne peut que se persuader que le GNV a de l’avance : 37.438 voitures particulières GNV nouvellement immatriculées (soit une progression de 14,3% par rapport à 2017), contre 5.010 voitures électriques (2.016 en 2017, + 148,5%), 4.569 voitures hybrides rechargeables (2.867 en 2017, + 59,4%), et une seule voiture électrique à pile hydrogène. De son côté, le GPL encore très apprécié en Italie amorce un recul (-3,5%) : 125.327 unités immatriculées en 2018, contre 129.830 en 2017. 


 
  2017 2018 Evolution
Voitures GNV 32 761 37 438 +14.3 %
Voitures GPL 129 830 125 327 -3.5 %
Voitures électriques 2 016 5 010 + 148.5 %
Voitures hybrides rechargables 2 867 4 569 +59.4 %
Voitures à hydrogène -  1  -

Gazole et essence pour comparaison

Ce sont toujours les modèles diesel qui sont les plus vendus en Italie : 990.235 nouvelles immatriculations en 2018. Mais le désamour pour cette filière commence à se faire sentir : -12,3% par rapport à 2017, année qui avait enregistrée 1.129.129 immatriculations supplémentaires.

Cette baisse ne profite cependant que partiellement à la mobilité GNV, puisque les voitures particulières alimentées à l’essence ont progressé de 7,9 % (678.675 nouvelles immatriculations en 2018, contre 629.114 en 2017), et les modèles hybrides simples de 28,7% (82.463 contre 629.114 en 2017).


Top 10 GNV 2018

En 2018, avec 7.370 nouvelles immatriculations (contre 5.940 en 2017), c’est la Volkswagen Golf qui arrive en tête des ventes annuelles des voitures particulières GNV en Italie, raflant cette place à la Fiat Panda (2018 = 4.952 / 2017 = 6.790) reléguée à la 3e marche du podium. Entre les 2, La Volkswagen Polo dont la présence s’est particulièrement accentuée sur le marché (5.888 en 2018, contre 573 en 2017). En décembre dernier, cependant, la Panda gagne 1 place, alors que la Golf est absente du Top 10 et que la Polo n’est qu’au 7e rang.
 
De la 4e à la 10e place au Top 10 annuel : Volkswagen Up! (4.022 nouvelles immatriculations en 2018, + 6,6% par rapport à 2017), Fiat Punto (2.345, -37%), Skoda Octavia (2.295, -28%), Seat Ibiza (1.699, nouveau modèle apparu fin 2017), Fiat Qubo (1.608, +21%), Opel Astra (1.168, nouveau modèle apparu fin 2017) et Seat Leon (1.014, -28%).
 
En décembre, de nouvelles voitures particulières GNV ont fait leur entrée dans le Top 10, laissant supposer un bouleversement du classement annuel pour 2019, notamment en faveur de discrètes citadines. Ainsi les Seat MII, Skoda Citigo, Lancia Ypsilon, dont les émissions de CO2 sont bien éloignées du malus italien. A condition de ne pas dépasser les 90 grammes de CO2 émis par kilomètre, l’achat d’une voiture neuve au GNV en 2019 bénéficie d’une aide de 1.500 euros (contre 6.000 euros pour une voiture électrique).


 
  2017 2018 Evolution
Volkswagen Golf TGI 5940 7370 24%
Fiat Panda 6790 4952 -27%
Volkswagen Polo TGI 573 5888 928%
Volkswagen Up ! 3775 4022 6.54%
Fiat Punto 3725 2345 -37.05%
Skoda Octavia 3190 2295 -28.06%
Seat Ibiza TGI - 1699 -
Fiat Qubo 1330 1608 20.90%
Opel Astra GNC - 1168 -
Seat Leon 1410 1014 -28.09%
 
 

Les bouleversements observés en décembre…

 Le malus gouvernemental italien qui entrera en vigueur dans moins de 2 mois semble bouleverser le marché de la voiture particulière neuve, comme on peut le constater avec les chiffres de décembre.
 
Certes, par rapport à 2017, décembre 2018 affiche une hausse de 0,4% : 125.440 nouvelles immatriculations, contre 124.971 à la même période de l’année précédente. Mais des catégories de VP enregistrent d’importants reculs : -19% pour le diesel, -4,3% pour le GPL, -29,4% pour l’hybride rechargeable… et surtout quasiment -50% pour les voitures particulières GNV. A l’inverse les modèles électriques et à essence affichent des progressions radieuses, avec respectivement +93% et +40% environ, sans parler des hybrides simples (+15,7%).
 

…vont-ils s’installer en 2019 ?

Doit-on s’attendre à voir s’installer tout au long de l’année 2019 les tendances observées en décembre 2018, et en particulier un important repli du GNV en Italie ? Un seul mois ne saurait être suffisant pour figer déjà l’évolution, pour l’année qui commence, des volumes des ventes de voitures particulières par énergie d’alimentation.
 
En revanche, en décembre 2018, 2 courbes opposées se sont croisées. Les ventes auprès des particuliers ont pas mal augmentées par rapport à décembre 2017, mais celles provenant des entreprises ont baissé de plus de 20% du fait d’un rythme soutenu d’investissements précédemment. Or ce sont biens les professionnels s’équipant de voitures particulières qui font plus particulièrement le choix du GNV… mais aussi des modèles électriques. Attendons au moins la fin du premier trimestre avant de tirer des conclusions qui seront très certainement erronées !
 

Partager cette page

A lire également

2 Commentaires

  1. RadioEdPublié le 14/01/2019 à 13:20

    Et pourtant FIAT a décidé d’arrêter la production de nouveaux modèles GNV en dehors de la Panda, exact?

  2. AlainPublié le 16/01/2019 à 22:15

    L’offre de voiture GNV sur le marché Italien fait rêver! Petite précision Fiat n’a pas décider d’arrêter le GNV ce sont les normes et le nouveau cycle d’homologation qui ont mis fin à toute leur gamme de moteur essence. Il n’y a donc plus grand chose au catalogue en dehors du diesel! Bienvenue dans un monde où les pollueurs touchent des bonus et les écolo des malus! Merci l’Europe et merci le gouvernement et merci M.Peugeot à qui l’on doit l’essor du diesel auprès des particuliers!

Ajouter un commentaire