Kiloutou roule pour le GNV : « C'est le bon moment d'amorcer la transition »

Kiloutou roule pour le GNV : « C'est le bon moment d'amorcer la transition »
Fin 2018, le groupe français annonçait l’arrivée de 5 poids-lourds au gaz naturel. Aujourd’hui, la flotte poursuit sa transition énergétique, avec de plus en plus de véhicules fonctionnant au gaz naturel. L’occasion de faire le point avec Arnaud Manès, le Directeur Transport du Groupe Kiloutou.
 
Quelle est la dimension du parc GNV de Kiloutou ?
 
Arnaud Manès : Nous poursuivons l’impulsion donnée en fin d’année dernière, avec déjà 11 poids lourds GNV circulant dans les régions Grand-Est, Ile-de-France, Hauts-de-France, dans l’agglomération bordelaise ainsi qu’à Nîmes et dans le Rhône. Quatre autres véhicules viendront compléter cette offre avant la fin 2019 pour livrer du matériel aux chantiers urbains de nos clients.
 
Pourquoi avoir choisi le gaz naturel pour véhicules ?
 
A.M. : Notre politique RSE a pris un tournant plus engagé dans l’écologie ces dernières années car nous sommes conscients que les métiers du transport sont responsables de fortes émissions néfastes pour l’environnement. Je suis convaincu qu’il faut avoir une action volontariste sur le sujet, c’est pourquoi nous avons étudié l’ensemble des solutions alternatives au diesel. L’électrique n’est pas adaptée aux poids lourds aujourd’hui, alors notre choix s’est porté sur le gaz. Mais on envisage d’essayer les véhicules légers électriques pour diversifier notre offre verte.
 
Quelle est la technologie privilégiée chez Kiloutou ?
 
A.M. : Nos poids-lourds sont des Stralis NP (Natural Power) fonctionnant au gaz naturel liquéfié (GNL). Nous aurions aimé des véhicules GNC, mais leur autonomie est trop limitée pour le moment. Avec le moteur de 460 chevaux, les poids-lourds GNL de notre flotte ont une autonomie de 1500 km, ce qui est satisfaisant.


 
Quel accueil vos clients ont-ils fait à cette solution alternative au diesel ?
 
A.M. : La perception est très bonne car la présence d’une offre GNL rend notre engagement écoresponsable concret et réaliste. Cette alternative fait écho à des préoccupations croissantes chez les clients, qui sont satisfaits de voir que notre entreprise partage leurs valeurs.
 
Êtes-vous satisfaits des performances des véhicules GNV ?
 
A.M. : Nous avons de très bons retours des conducteurs quant à l’ergonomie et au confort des véhicules et de la conduite. Les nuisances sonores sont vraiment diminuées, et même si les camions sont un peu moins puissants que les moteurs diesel, le ressenti est positif. En revanche, le réseau d’approvisionnement GNL est encore trop léger, ce qui nous oblige à établir nos feuilles de route en fonction des stations et de s’adapter aux dysfonctionnements des stations.
 
Selon vous, quels sont les freins à lever pour que l’adoption du GNV se généralise dans la profession ?
 
A.M. : Tous les professionnels du transport qui utilisent le GNL vous le diront, le maillage des stations est le frein principal. Non seulement sur le réseau, pas encore assez dense, mais aussi sur la fiabilité des stations. En plus d’être trop rares, elles sont malheureusement souvent en panne, ce qui rend l’approvisionnement compliqué pour nos conducteurs ! C’est le lot de toute technologie innovante : nous en sommes aux balbutiements, donc espérons que l’engouement croissant des acteurs de la mobilité pour le GNL ira de pair avec un réseau plus dense et plus fiable de stations. Le coût du matériel GNV peut être aussi un frein de prime abord, mais les entreprises qui ont une vision à long-terme voient bien que cela s’équilibre par la suite.
 
Donc, Kiloutou et le GNV, c’est parti pour durer ?
 
A.M. : 2019 est vraiment une année test qui va nous aider à poser la vision à long-terme des 5-10 prochaines années. Nous aimerions continuer sur cette lancée, et nous travaillons avec Iveco pour approfondir la solution technique du porteur GNC. Une chose est sûre, avec les réglementations qui évoluent, notamment dans les environnements urbains à forte contrainte, c’est aujourd’hui le bon moment pour amorcer la transition vers des transports propres.



Partager cette page

A lire également

Ajouter un commentaire