La production de gaz renouvelable continue de progresser en Europe

La production de gaz renouvelable continue de progresser en Europe
L'édition 2022 du rapport statistique de l'European Biogas Association (EBA) publié ce mois-ci montre que le secteur du biogaz et du biométhane fournit déjà 18,4 milliards de m3 de gaz renouvelable à l'Europe.

Le gaz renouvelable européen, un enjeu d’indépendance énergétique

En début d’année, la carte du biométhane 2021 réalisée par l’EBA et Gas Infrastructure Europe indiquait déjà que l’année dernière avait été celle de tous les records pour le gaz renouvelable. Le nouveau rapport statistique de l’association européenne du biogaz confirme que la croissance de la demande de biométhane a été sans précédent, avec une augmentation de 20 % de la production de biométhane et un total de 3,5 milliards de m3 produits en 2021.
 
Le déploiement du gaz renouvelable apporte une contribution substantielle aux objectifs climatiques, mais aussi à l'indépendance de l'Union Européenne vis-à-vis des importations de gaz naturel. Un enjeu particulièrement important en ces temps troubles. 82 % du gaz naturel consommé en 2021 provenait d'approvisionnements extérieurs et 15 États membres importent plus de 90 % de leur gaz. L’année dernière, la Russie était la principale source d'approvisionnement et représentait 33 % (137 milliards de m3) de la consommation de gaz naturel de l'UE.

Baisse des coûts de production du biométhane

La nécessité d'une plus grande indépendance énergétique s’ajoute à la baisse des coûts de production du biométhane. Le rapport de l’EBA nous apprend que ceux-ci sont déjà nettement inférieurs au prix moyen du gaz TTF* attendu pour 2022 (80 €/MWh contre 134 €/MWh). Il est donc clair que l'accélération de la production de biométhane et l'accélération de la transition vers une énergie propre sont d'une grande importance pour stabiliser les prix du gaz et assurer la sécurité énergétique.
 

Utilisation du biométhane dans les transports

Malgré les efforts actuels pour électrifier la mobilité dans l'UE, les transports n'ont pas connu la même diminution progressive des émissions de gaz à effet de serre que les autres secteurs. En effet, le transport routier est dominé par le gaz fossile, le diesel et l'essence, notamment sur le segment des poids lourds. Dans le transport maritime, la plupart des navires en service aujourd'hui naviguent au fioul lourd qui, bien qu'il soit moins cher que les autres carburants, produit des émissions élevées d'oxyde de soufre.
 
Comme l’exprime le rapport de l’EBA : « Le biométhane en tant que carburant pour le transport (ou bioGNV) constitue une alternative durable et facilement disponible aux carburants conventionnels, et représente un acteur clé dans la transition vers une économie neutre sur le plan climatique. »
 
*TTF : une des références tarifaires privilégiées pour le commerce du gaz naturel

Aller plus loin : 

EBA
Partager cette page

A lire également