Volvo Trucks appelle à stimuler la demande pour les poids-lourds propres

Volvo Trucks appelle à stimuler la demande pour les poids-lourds propres
Suite à la nouvelle réglementation de l’Union Européenne de février 2019 sur la réglementation des émissions de CO2 des véhicules utilitaires lourds, Volvo Trucks appelle de ses vœux des mesures pour stimuler la demande de camions peu polluants.
 

Obliger les constructeurs, c’est bien, inciter les transporteurs, c’est mieux

Le 18 février, L’UE a pris la décision d’obliger les constructeurs à diminuer les émissions de dioxyde de carbone des poids lourds immatriculés à partir de 2019. Objectif : les émissions moyennes doivent être réduites de 15% en 2025 et de 30% dès 2030, par rapport à la moyenne de l’industrie en 2019.
 
Volvo Trucks produit déjà des camions alimentés au gaz naturel (GNC et GNL) et continue d’investir massivement dans des solutions de transport plus respectueuses de l’environnement. Roger Alm, le président de Volvo Trucks, précise : « Il est naturel que l’UE impose des limites aux émissions de CO2. Afin d’accélérer la transition, nous souhaiterions toutefois que les clients qui prennent les devants et choisissent des véhicules plus respectueux du climat bénéficient d’incitations financières plus fortes. »
 

Les poids lourds GNL 20% plus eco-friendly que le diesel

Volvo produit aujourd’hui des moteurs au gaz naturel, au biogaz, à l’électrique et au diesel. Conduire un Volvo FH GNL dégage environ 20% de CO2 de moins que le même véhicule fonctionnant au diesel, pour des performances identiques chiffre le constructeur.
 
Avec le biogaz, les émissions « du réservoir à la roue » peuvent même être diminuées de… 100%. De nouvelles améliorations sont encore possibles : groupes motopropulseurs plus efficaces, résistance au roulement réduite, meilleur aérodynamisme. Lars Mårtensson, le directeur Environnement et Innovation de la marque, a expliqué que « l’ambition de Volvo Trucks a toujours été de proposer à nos clients une solution complète, optimale et éco énergétique pour la tâche de transport à effectuer ». En clair : chaque camion devrait être optimisé pour sa tâche spécifique.
 

Une nécessaire mobilisation des acteurs européens de la mobilité

Le cadre donné par l’Union Européenne couvre les émissions des véhicules réels, mais Volvo Trucks adopte une approche plus large de la question.
 
« Si tous les éléments du système de transport travaillent ensemble dans le même objectif, nous pouvons réduire davantage l’impact sur le climat. Une meilleure logistique, un accès accru aux biocarburants, une formation sur l’éco-conduite pour les chauffeurs, des normes routières améliorées et des possibilités accrues d’utiliser des véhicules à grande capacité ne sont que quelques-uns des moyens par lesquels tous les acteurs peuvent contribuer. », développe M. Mårtensson. Le trafic routier de véhicules lourds représentant près de 5% du total des émissions de gaz à effet de serre de l’Europe, il serait de bon ton que d’autres constructeurs adoptent ces bonnes pratiques.

Partager cette page

A lire également

1 Commentaire

  1. ChateignerPublié le 25/02/2019 à 21:15

    Bonjour,
    Dans l’optique du GNV pour les poids lourds, dans le bilan environnemental CO2, N2O, NOx et particules fines, prend-on en compte les gaz émis lors des épandages de digestats, corollaire de la méthanisation pour produire le biogaz ?
    sincèrement

Ajouter un commentaire