GNV et bioGNV : la dynamique est lancée en Bretagne et dans les Pays de la Loire

10/02/2017 Philippe SCHWOERER Véhicule GNV, Stations GNV 0 commentaire(s)
GNV et bioGNV : la dynamique est lancée en Bretagne et dans les Pays de la Loire
Une dynamique est engagée en faveur du GNV/BioGNV dans les régions Bretagne et Pays de la Loire avec la création d’un réseau en mobilité gaz. Il est soutenu par différents acteurs, dont les régions, les départements, les agglomérations, l’ADEME, les CCI, la FNTR, la Poste, GRDF, GRTgaz, les syndicats de l’énergie, etc. Du biométhane sera injecté dès 2017 dans le réseau gaz de GRDF depuis Quimper (29, 2 projets), Locminé (56), Angers (49), La Séguinière (49), Benet (85) et Chantonnay (85). D’autres sites les rejoindront courant 2018. Les bus et bennes à ordures ménagères de Quimper et Angers rouleront bientôt avec du BioGNV.
 

55 stations en 2030 dans les Pays de la Loire

Une première station au BioGNV sera mise en service en septembre de cette année 2017 à Mortagne-sur-Sèvres, en Vendée.
 
Selon le schéma directeur piloté par la région, une vingtaine de sites seront ouverts à échéance 2020, auxquelles s’ajouteront 17 puis 18 nouvelles adresses, sur les périodes respectives 2021-2025 et 2026-2030.
 

BioGNV : depuis 2015 en Bretagne

C’est à Locminé (56), en 2015, qu’a été mise en service la première station délivrant du BioGNV en Bretagne. Des projets de stations publiques sont en cours à Vannes (56), Locminé, Quimper (29), et Rennes (35).
 
C’est le résultat de l’engagement des leaders industriels, transporteurs et logisticiens bretons dans le GNV et le BioGNV. Mais aussi de la réflexion de plusieurs agglomérations qui souhaitent alimenter avec ce gaz leurs flottes de bus et de bennes à ordures ménagères. Parmi ces collectivités : Vannes, Brest (29), Lorient (56), Rennes, et Lamballe (22). Dans cette dernière, un gros projet biométhane est à l’étude, éligible au dispositif TEPCV et donc soutenu par l’Etat, porté par le groupe coopératif agricole de production porcine Cooperl.
 
Un travail sur les débouchés d’exploitation du gaz obtenu se poursuit actuellement. Il passe par le recensement des besoins locaux des transporteurs et industriels. « Rouler au GNV aujourd’hui, c’est rouler au BioGNV demain», conclut le support de présentation de GRDF.
 

 

Alerte pollution aux particules fines

Pour le Syndicat départemental d’énergies du Morbihan, Christophe Laly revient sur les raisons qui ont poussé l’organisme à se lancer dans l’aventure du BioGNV.
 
Le département est déjà connu pour être celui en Bretagne qui a mis en place le premier un réseau de bornes de recharge complet pour véhicules électriques et hybrides rechargeables. De régulières alertes à la pollution par les particules fines a décidé le SDE 56 à trouver une solution exploitable par les poids lourds. Avec une compression de 42 m3 à l’heure, la station de Locminé a éveillé l’intérêt des transporteurs.
 
En partenariat avec la région Bretagne, un questionnaire leur a été envoyé, avec 30% de retours positifs. Il ne restait plus qu’à estimer la flotte potentielle et les secteurs du département concernés.
 

Aussi pratique qu’une station-service classique

Pour que la station de Locminé soit fréquentée, le SDE 56 souhaitait régler les paramètres de compression et de stockage de telle sorte que l’avitaillement en BioGNV ne soit pas moins facile à effectuer que le plein en gazole d’un réservoir de camion, notamment au niveau du temps passé sur le site.
 
Ce dernier est capable de recevoir 4 poids lourds à l’heure, et jusqu’à 6 aux heures de pointe, pour un temps de remplissage de 10 à 15 minutes. Exploité par la société d’économie mixte Liger (Locminé Innovation et Gestion des Energies Renouvelables), le terrain d’implantation a été choisi pour satisfaire le maximum de transporteurs, avec une bonne facilité d’accès et le moins de détours possibles pour s’y rendre. Le règlement des pleins est réalisé par carte bancaire ou sur abonnement.
 
Pour les collectivités qui réfléchissent à l’installation d’une station au GNV sur leur territoire, le Syndicat départemental d’énergies du Morbihan renvoie vers un guide à la création duquel il a participé, intitulé « Gaz naturel véhicule : Comment porter un projet de station ouverte au public ».
 

Bientôt à Vannes

Avec la station de GNC à charge rapide qui devrait ouvrir à Vannes en juillet 2017, dans la zone industrielle du Prat, le SDE 56 passe à une autre dimension : 1.240 m3 de compression à l’heure et 2.000 kg de capacité de stockage.
 
Equipé de 2 pistes de distribution, évolutif en 4 pistes, le site peut accueillir de 20 à 40 poids lourds par jour, à raison de 6 par heure. L’enveloppe de l’investissement est montée à 1 million d’euros, avec un amortissement sur 15 ans pour une durée de service estimée à 20 ans. Les travaux doivent débuter en ce mois de février 2017.
 
Vannes agglo porte également 2 projets de méthanisation en cours, dont un est localisé à 200 mètres de la future station. Le SDE 56 a reçu par ailleurs 2 nouvelles demandes pour des sites de distribution de GNV.

Tags :Pays de la LoireBretagneLigerSDE 56

Pays : France



Ajouter un commentaire

je souhaite recevoir une notification si d'autres personnes répondent à ce post


Sponsors 2017
Soutien institutionnel