58.000 km en 2 ans pour cette Seat GNV circulant entre France et Espagne

58.000 km en 2 ans pour cette Seat GNV circulant entre France et Espagne
A la faveur d’un déménagement entre l’Espagne et la France, Paolo Lopes a décidé d’opter pour une voiture plus vertueuse pour l’environnement. La présence de stations d’avitaillement sur ses trajets lui a permis de se décider pour un modèle fonctionnant au gaz naturel.

A Madrid où il résidait précédemment, Paolo Lopes n’avait pas besoin de voiture la plupart du temps. Quand son deux-roues ne convenait pas, il empruntait la Nissan Micra essence de sa femme. Auparavant, il disposait d’une Volkswagen Polo 1.4 TSI 140 ACT sur laquelle il appréciait la désactivation de 2 cylindres sur 4 lors des faibles demandes en couple. « En 2018, j’ai souhaité rouler avec un véhicule propre. Je me suis posé la question de l’électrique, mais les documentaires que j’ai vus sur le sujet m’ont montré que ce n’est pas une solution si écolo pour plusieurs raisons, dont l’extraction des minéraux et le recyclage des batteries », commente-t-il. « L’utilisation du gaz naturel, la méthanisation pour obtenir du biogaz m’ont paru plus pertinentes », poursuit-il.

Achat aidé en Espagne

« J’ai acheté ma Seat Leon TGI en mars 2018. J’ai cherché au préalable les modèles disponibles fonctionnant au gaz naturel. Seat est le constructeur le plus présent sur le marché avec ses Toledo et Leon. En Espagne, il y a une énorme communication sur le sujet en direction des particuliers et des taxis. C’est pourquoi beaucoup de ces derniers sont équipés de voitures GNV à Madrid et Barcelone par exemple », témoigne Paolo Lopes. « En France, à part pour la carte grise qui est gratuite [NDLR : Dans une très grande majorité de département], les voitures GNV ne sont pas considérées comme écolos. En Espagne si ! En bénéficiant en particulier de l’aide gouvernementale de 3.000 euros, à laquelle Seat avait ajouté 1.500 euros sur ses modèles, j’ai pu acquérir ma Leon avec pas loin de 30% de réduction », se réjouit-il encore.

« Equipée d’une boîte automatique, elle m’est revenue à environ 19.000 euros contre 26.000 euros au prix catalogue. Ce dernier est encore plus élevé en France, mais il est difficile d’effectuer vraiment la comparaison à cause de la différence d’équipements entre les 2 pays », précise Paolo Lopes. « Grâce à son réservoir de 20 kilos, j’ai une autonomie d’environ 400 kilomètres au GNV. Celui de 9 litres d’essence me permet d’ajouter entre 100 et 150 km avant de devoir faire le plein », chiffre-t-il. « En 58.000 km effectués en 2 ans, je n’ai eu à faire que 5 ou 6 fois un ravitaillement en essence. Je roule ainsi au gaz naturel bien plus de 95% du temps. J’apprécie d’ailleurs le passage automatique et en douceur à l’essence quand le réservoir de GNV est vidé », précise-t-il.

Stations : un réseau français moins dense qu'en Espagne

« La présence de stations GNV à Madrid et Bilbao m’a rassuré. En France, j’ai vu en 2018 que la mobilité au gaz naturel se développait. A Toulouse, où je suis maintenant, il y a aussi des distributeurs de GNV. Mais on y trouve encore une station Engie réservée aux professionnels et à laquelle je ne peux donc pas accéder. Heureusement ce groupe en a ouvert une publique dans le centre-ville », rapporte Paolo Lopes. « Il manque de quoi s’avitailler sur l’axe Toulouse-Perpignan, aux alentours de Cahors et de Brive-la-Gaillarde », déplore-t-il. 

« Je dispose d’un badge Gaz’Up qui me coûte 2 euros par mois quand je l’utilise. Sinon je me sert de ma carte bancaire », souligne-t-il. « A ce sujet, je trouve que ce n’est pas normal d’imposer une pré-autorisation de 700 euros avant de faire le plein, comme c’est le cas à la station Primagaz de Montbartier, près de Montauban. Si je n’ai pas cette somme sur mon compte quand j’y passe, je ne peux pas avitailler ma Leon en GNV. Il m’a d’ailleurs fallu essuyer plusieurs rejets avant de comprendre pourquoi ça ne fonctionnait pas. Je n’ai jamais rencontré le problème ailleurs ! », tient-il à faire savoir.

Où sont les automobilistes GNV en France ?

« En France, je ne rencontre pas souvent en station des automobilistes particuliers en train de faire le plein de GNV. C’est bien plus courant en Espagne où j’ai même rencontré un Allemand qui a converti au GNV un fourgon Volkswagen pour faire un tour d’Europe », révèle Paolo Lopes. «  Je vais d’ailleurs effectuer moi-même prochainement un tour du Sud du Portugal avec un Nissan Vanette de location aménagé en camping-car. Il ne fonctionnera hélas pas au gaz naturel. Mais si cette expérience est concluante, j’imagine acheter ensuite un fourgon Fiat GNV que je transformerai pour qu’il soit habitable », envisage-t-il. « En France, même avec des Seat ou des Volkswagen, ce sont principalement des pros que je rencontre dans les stations », a-t-il remarqué.

30 à 40% d’économie

« En roulant au GNV, j’estime que je réalise entre 30 et 40% d’économie sur le carburant », calcule Paolo Lopes. « Le prix moyen du GNV est en moyenne de 1,14 euro le kilo. En Espagne, en revanche, je le trouve parfois en-dessous de 0,80 euro le kg, comme à Bilbao la semaine dernière. Dans ces conditions, je parcours 100 kilomètres pour moins de 3 euros, grâce à une consommation moyenne de 3,7 kilos de GNV aux 100 km. En France, la même distance me revient à environ 4,20 euros », compare-t-il. « Je n’utilise que très peu le bioGNV que je trouve encore trop cher pour moi à environ 1,40 euro le kilo. Mais il m’arrive de le faire quand je n’ai pas le choix, quand par exemple l’établissement ne distribue que du biogaz », reconnaît-il.

Appréciation sur la Seat Leon TGI

« Je ne trouve que du bon à rouler au gaz naturel. Le moteur est bien plus silencieux au point qu’en ville, à petite vitesse, les piétons ne m’entendent souvent pas arriver », assure Paolo Lopes. 

« Les rares fois où j’ai dû rouler à l’essence, j’ai bien trouvé que la voiture avait un peu plus d’énergie avec ce carburant, mais au quotidien, on remarque à peine la différence lorsque la Leon fonctionne au GNV. Et au moins, avec ce produit, je n’ai pas l’impression que ma voiture soit un gouffre financier », ressent-il. 

« Si je devais trouver un point négatif, ce serait le rapprochement de l’entretien régulier à 15.000 km, quand il est de 30.000 pour les modèles diesel et à essence. Quand la plus proche concession est éloignée et qu’on roule beaucoup, c’est assez gênant », exprime-t-il.

Promotion de la mobilité GNV

« Je n’ai pas connaissance d’avoir permis à un autre automobiliste de passer au GNV. Pourtant, lors de mes longs trajets, je prends régulièrement des personnes en covoiturage, de l’ordre de 6 par mois. Ils ont tous apprécié de voyager dans ma Leon TGI », affirme Paolo Lopes. « Comme fervent supporter de la mobilité au gaz naturel, j’ai proposé à mon concessionnaire de l’aider à faire de la communication sur le sujet, mais il m’a dit que ce n’était pas possible parce que je suis un particulier. Pour l’anecdote, j’en avais même rencontré un autre qui ne savait pas que Seat proposait des modèles GNV », regrette-t-il. « J’aimerais aussi convaincre la direction de l’entreprise dans laquelle je travaille de passer à la mobilité au gaz naturel », espère-t-il.

Et après ?

« Après cette Leon, je reprendrai une voiture au GNV. Mais ce ne sera pas tout de suite, car je pense que j’éprouverais quelques difficultés à la vendre en occasion avec si peu d’automobilistes intéressés actuellement en France », considère Paolo Lopes. « Et que prendrais-je alors ? Sans doute une autre Leon. La Seat Arona est trop petite, Mercedes ne fait que des 4x4 trop chers… », réfléchit-il. « Le problème, c’est que les marques françaises ne se positionnent pas. A un congrès de transporteurs routiers, j’avais interpellé sur le sujet Renault Trucks qui présentait ses camions GNV. Il m’ont répondu qu’ils ne voulaient pas produire des voitures au gaz naturel », conclut-il.


Gaz Mobilité et moi-même remercions Paolo Lopes pour sa réactivité et son implication personnelle dans la promotion de la mobilité GNV.

 

Voiture GNV Seat Leon TGI

Seat Leon TGI : en savoir plus

Retrouvez toutes les informations sur la voiture GNV Seat Leon TGI dans notre dossier complet : caractéristiques, photos, vidéos, forum de discussion etc...
accéder au dossier Demande d'information

Pour plus d'information - contactez nos partenaires

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Découvrez le premier SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire