Selon l'AIE, la production mondiale de biométhane devrait quadrupler d'ici 2030

Selon l'AIE, la production mondiale de biométhane devrait quadrupler d'ici 2030
Illustration : le site de BioBéarn, exploité par TotalEnergies
Dans son rapport annuel sur les énergies renouvelables, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) consacre pour la première fois un volet complet au biogaz et au biométhane. Selon l’agence, la production mondiale devrait être multipliée par 4 d’ici à la fin de la décennie.

De nouveaux enjeux

Si le biogaz intègre pour la première fois le rapport annuel sur les énergies renouvelables de l’AIE, c’est parce que la dynamique s’est nettement accélérée au cours des deux dernières années.
Dans son rapport, l’agence cite une combinaison de facteurs.

En premier lieu, la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine qui a rappelé aux Etats l’importance du biogaz, désormais considéré comme une source d'énergie nationale susceptible de réduire la dépendance aux importations et assurer la sécurité énergétique de nombreux pays.

A cela s’ajoutent les objectifs de réduction de gaz à effet de serre. « De nombreux pays ont commencé à considérer le biogaz comme une technologie prête à l’emploi qui peut contribuer à accélérer la décarbonation à court terme » note le rapport de l’AIE.

Une dynamique mondiale

Si l’Union européenne a fixé, dans le cadre de son plan RepowerEU un objectif de production annuelle de 35 milliards de mètres cubes de biométhane d’ici 2030, de nombreuses régions du monde sont également mobilisées pour développer leur capacité de production.

En République populaire de Chine, le gouvernement pilote depuis 2019 une transition vers l’industrie du biogaz, en investissant dans des projets de production à grande échelle. En 2022, la Chine a publié son 14e plan quinquennal pour le développement des énergies renouvelables avec un objectif fixé à 20 milliards de mètres cubes d'ici à 2030.

En Inde, le gouvernement s’est aussi mobilité pour développer l’usage du biométhane, notamment dans le secteur des transports, à travers une série de mesures. Parmi elles, un plan national lancé en 2022 pour soutenir la production de biométhane dans les zones rurales et semi-urbaine.

A travers un programme baptisé SATAT, le gouvernement indien vise à déployer 15 milliards de mètres cubes de capacité supplémentaire. « Le déploiement d’installations de production à l’échelle industrielle est lent » nuance toutefois l’AIE dans son rapport qui pointe du doigt les défis liés aux chaines d’approvisionnement et au développement des infrastructures gazières. L’agence estime toutefois que la production de biogaz en Inde devrait bondir de 30 % sur la période 2023-2028.

Au Etats-Unis, la dynamique du biométhane est essentiellement tirée par le transport à travers des programmes lancés à l’échelle fédérale et par certains Etats, dont la Californie. « Le soutien financier généreux de divers programmes offre un cadre très favorable à une croissance accélérée » souligne l’AIE qui estime que la production de biogaz devrait être multipliée par 2.1 au cours des cinq prochaines années.

Une production quadruplée d’ici à 2030

Selon le scénario « zéro émission nette » de l’AIE, la production de biogaz devrait quadrupler d'ici à 2030.

L’agence projette ainsi une croissance qui devrait passer de 19 % sur la période 2017-2022 à 32 % en 2023-2028. L’AIE estime toutefois que celle-ci devra être « encore plus rapide » pour tenir les objectifs de réduction de gaz à effet de serre. 



AIE
Partager cette page

A lire également

Ajouter un commentaire