La Commission européenne mobilise 300 milliards d'euros pour mettre fin à la dépendance au gaz russe

La Commission européenne mobilise 300 milliards d'euros pour mettre fin à la dépendance au gaz russe
« Quand l'Europe agit ensemble, elle a plus de poids. » C'est ce qu'a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à propos de l'urgence de mettre fin à la dépendance de l'Europe au gaz russe tout en assurant la sécurité énergétique.

Mme Von der Leyen a ainsi annoncé la mobilisation de REPowerEU, un plan destiné à favoriser l'abandon progressif des combustibles fossiles russes. « La guerre de Poutine perturbe fortement le marché mondial de l'énergie. Elle montre d'une part à quel point nous sommes dépendants des importations de combustibles fossiles, mais aussi à quel point nous sommes vulnérables lorsque nous dépendons de la Russie pour importer nos combustibles fossiles... Nous devons donc réduire, dès que possible, notre dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles russes ».

REPowerEU investira jusqu’à 300 milliards d’euros sous forme de subventions et de prêts, avec trois objectifs principaux :
  • Augmentation de l’objectif d’efficacité de l’Union Européenne de 9 % à 13 % de la demande pour 2030
  • Diversification des sources d'approvisionnement : une plateforme a été mise en place pour l'achat conjoint de gaz, de GNL et d'hydrogène. Un mécanisme d'achat commun et de sensibilisation des pays fournisseurs contribuera à garantir les importations d'énergie nécessaires sans concurrence entre les États membres.
  • Accélération des investissements dans les énergies renouvelables : l'objectif 2030 passera de 40 % à 45 % d'énergies renouvelables

Un plan spécifique pour le biométhane

Dans le domaine du biométhane, l'Europe vise un objectif de production de 35 milliards de mètre cubes d'ici à 2030. Pour ce faire, l'Europe prévoit un plan d'action particulier qui comprenda des incitations financières et la création d'une alliance industrielle dans ce secteur.

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Seat Arona TGI
Testez le SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

1 Commentaire

  1. GiraudPublié le 20/05/2022 à 15:41

    L’accélération du développement de l’hydrogène et l’augmentation de la production du bio-méthane, prêché par Bruxelles vont concourir à la baisse d’importation du gaz russe.

Ajouter un commentaire