Maritime : selon l'AIE, l'utilisation du gaz naturel devrait connaître une croissance importante

Maritime : selon l'AIE, l'utilisation du gaz naturel devrait connaître une croissance importante
Dans sa dernière publication, World Energy Outlook 2019, l'Agence Internationale de l’Énergie souligne que la demande en gaz naturel du transport maritime progressera de manière significative dans les prochaines années. La conséquence de nouvelles normes, quant aux rejets de souffre et autres gaz à effet de serre, qui pousse les compagnies à chercher d’autres carburants alternatifs au fuel lourd.
 
Avec cent-trente nouveaux bateaux alimentés au GNL actuellement en commande (soit un doublement de la flotte), dont les deux tiers basés dans les ports européens, la consommation en gaz naturel, utilisé comme carburant par les navires, devrait être multipliée par cinquante d’ici 2040, et par cent d’ici 2050.
 
Actuellement ce sont moins d’un milliard de m³ / an (777 000 t / an)  qui sont utilisés alors que les estimations de l'AIE, appuyées sur les seules politiques et réglementations déjà mises en œuvre ou annoncées, tablent sur un besoin de près de cinquante milliards de m³ / an d’ici 2040 ; voire même cent milliards de m3 / an d’ici 2050.
 
Stimulé par l’entrée en vigueur de nouvelles réglementations environnementales , et notamment la directive IMO-Sulphur 2020 qui impose aux navires une réduction à 0,5 % de leurs rejets de soufre, cet accroissement brutal de la demande nécessite que l’industrie développe rapidement des capacités de soutage (remplissage des soutes et transport du combustible) de GNL marin.
 
Certains acteurs de services portuaires tels que Titan, ont déjà engagé la production des outils adéquats. Doté d’une première barge de soute de GNL, FlexFueler 001, en mai de cette année, Titan a mis en chantier  une deuxième barge, FlexFueler 002, qui sera mise à l'eau en 2020.
 

Partager cette page

A lire également

Ajouter un commentaire