Dernière ligne droite pour la station bioGNC de Vaux-le-Pénil (77)

Dernière ligne droite pour la station bioGNC de Vaux-le-Pénil (77)
Développée par le Syndicat d’Énergie de Seine-et-Marne (SDESM) en partenariat avec GRDF et Endesa, la future station publique d’avitaillement en bioGNC, démarrée il y a deux ans, pourra alimenter entre 10 et 12 poids lourds par heure. Ouverture prévue fin novembre.

Endesa poursuit son objectif d’expansion du maillage des stations GNV. L’entreprise opère déjà 15 stations publiques et 3 privées et ambitionne d’en avoir 40 d’ici 2025. La nouvelle station de Vaux-le-Pénil, toute proche de Melun en Seine-et-Marne, a une localisation idéale, à quelques kilomètres seulement de la sortie de l’A5.

Du biogaz produit localement

Le SDESM, Endesa et GRDF ont tenu à faire le lien entre cette station et les méthaniseurs locaux, qui créent du biométhane à partir de déchets organiques issus de l’industrie alimentaire, des exploitations agricoles, ou encore des boues de stations d’épuration alentours.

« L’unité de méthanisation qui alimente la station peut fournir assez de biogaz pour alimenter au moins 90 poids lourds », a expliqué Marc Courbet, responsable commercial chez Endesa, lors d'un webinaire de présentation organisé le 15 octobre dernier. Dans cette station autonome ouverte 24h/24, trois pistes (deux doubles et une simple) serviront du GNC au rythme très satisfaisant de 10 à 12 kg / minute.


 

Une station GNV de plus dans la ZFE du Grand Paris

Les exigences liées aux Zones à Faible Émission s’accélèrent sérieusement. La Seine-et-Marne fait partie de la métropole du Grand Paris et doit ainsi interdire l’accès aux véhicules Crit’Air 4 et 5. Cette interdiction s’étendra aux Crit’Air 3 en 2022 et aux Crit’Air 2 en 2024, pour finir à 100 % de véhicules propres en 2030.
 
Le GNV et le bioGNV répondent à ces exigences car ils entrent dans la catégorie de véhicules Crit’Air 1. En effet, le gaz naturel permet de réduire de 95 % les émissions de particules fines et de 50 % celle de NOx par rapport au diesel norme Euro 6. Pour le bioGNV, les émissions sont encore plus basses : - 80 % de particules fines. Sans compter que les moteurs sont deux fois moins bruyants et qu’ils ne produisent pas de fumée… Un confort inégalé pour les conducteurs et les usagers de la voie publique.
 
Comme l’a rappelé M. Dacosse, Ingénieur d’affaires GNV chez GRDF, le biométhane apporte un autre avantage indéniable : « le bioGNV permet une indépendance énergétique car il est produit localement, contrairement aux autres gaz qui proviennent principalement de l’étranger ».
 
Aujourd’hui, la production nationale de biométhane est estimée à 5 TWh / an, ce qui équivaut à la consommation d’environ 20 000 bus. Mais tout porte à croire que d’ici 2023, cette production va monter en flèche, grâce au nombre croissant de méthaniseurs, notamment en Ile-de-France. « La PPE prévoit que 60 % des poids lourds circuleront au GNV d’ici 2050 », ajoute-t-il. Une belle perspective pour la filière.
 
En attendant, Endesa est à la recherche de camions pour faire des tests d’avitaillement à la nouvelle station GNC de Vaux-le-Pénil. À partir du 5 novembre, vous pouvez participer et vous faire offrir le plein de carburant. Contactez Endesa si vous êtes intéressés. Pour les autres, rendez-vous à Vaux-le-Pénil pour profiter de cette nouvelle station d’avitaillement publique GNC/bioGNC dès la fin du mois de novembre.

Station GNV Endesa Vaux-le-Penil

Rue du Tertre de Cherisy
77000 Vaux-le-Penil

accéder a la fiche

Pour plus d'information - contactez nos partenaires

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Leon GNV TGI

Seat Leon TGI
La nouvelle compacte au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le nouvelle Seat Leon TGI, la compacte GNC aux 400 km d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

1 Commentaire

  1. CécilePublié le 20/10/2021 à 14:38

    Sur la fiche de la station indiquée en lien, il est indiqué qu"elle ne proposera pas de biogaz. Ca n’est pas cohérent...

Ajouter un commentaire