Forte augmentation de la part de biométhane dans le GNC en Allemagne

Forte augmentation de la part de biométhane dans le GNC en Allemagne
C’est l’association allemande pour le gaz et l’eau (DVGW) qui effectue ce constat. Avec une constante augmentation du nombre de stations délivrant du bioGNC, la proportion de biométhane dans la quantité totale de GNC vendu outre-Rhin devrait atteindre les 50% dès le milieu de la présente année 2020.

De 20 à 50% en moins de 2 ans

Le pourcentage de biogaz dans le GNC délivré en 2018 n’était que de 20%. Depuis, le nombre de stations d’avitaillement disposant d’au moins un distributeur de bioGNV a doublé. Tous ces chiffres témoignent d’une croissance continue de l’exploitation du biométhane en Allemagne comme carburant alternatif. Et ce sous l’impulsion des professionnels de la route. D’abord des sociétés organisatrices des transports en commun. Pour exemple celles des villes d’Augsbourg, Oldenbourg ou Dessau qui alimentent exclusivement au bioGNC leurs autobus. En outre de plus en plus de transporteurs de fret allongent la liste des entreprises qui cherchent à avoir une empreinte carbone des plus légères pour leurs flottes de véhicules lourds.

Premier carburant vert

Déjà l’an dernier, le GNC, de sources renouvelables ou non, s’imposait en Allemagne comme le carburant alternatif le plus efficace au niveau de la lutte contre le dérèglement climatique. Pour justifier cette affirmation, DVGW s’appuie sur une publication de le fédération des automobiles clubs d’Allemagne (ADAC) qui démontrait que, sur tout le cycle de vie, les voitures particulières au GNC émettraient la plus faible quantité de gaz à effet de serre. Y compris face aux modèles électriques à batterie de traction. Dans les calculs, une très prudente proportion de 15% de biométhane dans le volume total de gaz naturel comprimé avait été retenue.

Moins de CO2

Par rapport à l’essence, le GNC obtenu de sources fossiles émet déjà de l’ordre de 25% de CO2 en moins. Un pourcentage qui grimpe aux alentours de 90% avec le biogaz produit à partir de déchets. Les 50% de biométhane dans le volume total de GNC vendu au cours de l’année 2020 constituent un progrès important réalisé sur les émissions carbonées en Allemagne.

Dans ce pays, selon Claus Sauter, PDG de Verbio, un des principaux producteurs indépendants européens de biocarburants, « plus de 7 millions de voitures particulières ou au moins 200.000 camions pourraient fonctionner avec 100% de biométhane climatiquement neutre obtenu seulement à partir de paille excédentaire ». Et ce, sans compter les autres déchets agricoles qui sont également en abondance.

3 millions de véhicules GNC en 2030

Dans ses estimations à horizon 2030 pour la mobilité durable, le gouvernement fédéral envisage que 3 millions de véhicules pourraient fonctionner en Allemagne au GNC. Ceci, sans cependant avoir dressé une feuille de route précise permettant de parvenir à ce résultat. Et c’est bien ce que lui reprochent différents acteurs de la filière outre-Rhin réunis dans le Industriekreis CNG-Mobilität. C’est pourquoi ils appellent « les décideurs politiques à reconnaître le biométhane comme un moyen rapide, efficace et économique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ». Et ce, en espérant le démarrage rapide d’une dynamique qui passe par la promotion des véhicules fonctionnant au gaz naturel comprimé.




Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Découvrez le premier SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire