Gaz vert : la pyrogazéification avance en France

Gaz vert : la pyrogazéification avance en France
Dans le cadre d’une conférence digitale, GRTgaz a fait le point sur les avancées de la filière pyrogazeification en France et publié une cartographie illustrant la dynamique des projets dans les territoires.

Avec la méthanisation et le power-to-gaz, la pyrogazéification est l'un des 3 procédés permettant la production de biométhane. Ce procédé transforme en gaz des résidus solides peu ou mal valorisés (bois usé, plastiques non recyclés, combustibles solides de récupération…), en les chauffant à haute température (entre 800 et 1500°), avec peu (ou pas) d’oxygène.
 
« La pyrogazéification pour injection a désormais atteint un stade de maturité technologique permettant d’envisager la construction des premières installations industrielles en France à partir de 2023 » estime GRTgaz qui organisait ce jeudi 21 octobre une conférence dédiée au sujet.
 
 

Plus d’une dizaine de projets déjà engagés

Collectivités locales, acteurs du traitement des déchets, industriels, équipementiers… de nombreux acteurs se sont engagés pour initier des projets autour de la pyrogazéification. En France, plus d’une dizaine de projets commerciaux et démonstrateurs de production ont déjà été annoncés.
 
Selon GRTgaz, la pyrogazéification pourrait représenter en France 6 TWh de gaz injecté par an à horizon 2030, ce qui permettrai d’éviter jusqu’à 1 million de tonnes de CO2 chaque année.





Pour plus d'information - contactez nos partenaires

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Leon GNV TGI

Seat Leon TGI
La nouvelle compacte au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le nouvelle Seat Leon TGI, la compacte GNC aux 400 km d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

1 Commentaire

  1. AlberiPublié le 14/11/2021 à 17:22

    Pour la pyrogazéification, il faut porter les "déchets" à 800-1500 °C, rien à voir avec les 40°C des méthaniseurs des résidus agricoles. Peut-on avoir un article qui montre le bilan énergétique de cette montée en température exigeante versus le méthane qui en ressort ?
    Il ne faudrait pas que le bilan énergétique ne soit favorable du point de vue financier que via les subventions publiques....

Ajouter un commentaire