La Ministre des Transports affirme son soutien à la filière GNV lors du congrès NGVA Europe

La Ministre des Transports affirme son soutien à la filière GNV lors du congrès NGVA Europe
Introduisant le 10ème congrès annuel de l’association NGVA Europe, la Ministre des Transports, Elisabeth Borne, a réaffirmé son soutien à la filière GNV, appelant les différents acteurs à poursuivre les développements en France. Une intervention vidéo à retrouver en intégralité en fin d’article. 

Si d’autres obligations ne lui ont pas permis de se rendre sur place, la Ministre des Transports, Elisabeth Borne, a tenu à afficher son soutien aux acteurs de la filière GNV dans un discours vidéo diffusé en introduction du dixième congrès annuel de NGVA Europe organisé ce vendredi 25 mai à Paris.
 
« Dans le cadre de la mise en oeuvre de l’Accord de Paris, le Plan Climat du gouvernement français a fixé l’objectif de la neutralité carbone à l’horizon 2050.... Nous savons que le gaz naturel pour la mobilité sera l’un des leviers pour répondre à ces enjeux » a-t-elle introduit, s’exprimant virtuellement devant une salle comble et insistant sur « l’indispensable » développement du biogaz qui fait l’objet de « travaux spécifiques ».
 

Plus de 381 millions d’euros mobilisés

Aujourd’hui considérée comme le pays où la dynamique est la plus forte dans le domaine des poids-lourds au gaz naturel, la France ambitionne de déployer 250 stations GNV d’ici à fin 2020. Une ambition aujourd’hui soutenue par les autorités françaises.
 
« Plus de 381 millions d’euros d’investissements et 100 nouvelles stations d’approvisionnement en GNV sont soutenues. Un nouvel appel à projets a été lancé pour poursuivre la dynamique » a précisé la Ministre, faisant référence à l’AMI récemment lancé par l’ADEME pour favoriser le déploiement des stations sur les plus petits territoires.  
 
Un soutien au déploiement des stations complété par des mesures favorables pour les transporteurs. « Le Gouvernement français accompagne les comportements vertueux grâce à des dispositifs comme le suramortissement ou une fiscalité attractive par rapport au diesel pour le transport routier » a rappelé la Ministre. Une façon d’assurer au gaz un coût total d’utilisation désormais « compétitif » pour de nombreux transporteurs.
 
« Au bilan, notre pays est aujourd’hui doté d’un des premiers réseaux de stations-service GNV et bioGNV pour Poids Lourds en Europe et représente le premier marché européen des constructeurs de Poids-Lourds au gaz » s’est félicitée la Ministre, appelant à poursuivre les efforts dans le cadre du paquet mobilité 2. En cours de discussion, celui-ci doit permettre de se projeter jusqu’en 2030. Pour la Ministre, il s’agit de « nous placer sans ambiguïté dans une perspective de rupture, compatible avec l’Accord de Paris, mais aussi pour donner un cap clair à nos industriels ».
 
« S’agissant des poids lourds, je pense que nous devons faire des efforts spécifiques sur les véhicules à faibles émissions dans les zones densément peuplées, en déclinant les objectifs selon une classification intrinsèquement liée à l’usage » précise-t-elle, insistant également sur la nécessaire mutation du secteur maritime.
 
« J’invite la filière à poursuivre les développements en France, en s’appuyant au besoin sur les dispositifs de soutien à l’innovation que l’Etat a mis en place. La dynamique est désormais en marche et vous avez un rôle essentiel de diffusion de ces enjeux auprès de la profession ! » a conclu la Ministre.



Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Découvrez le premier SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire