Un partenariat pour des cargos à pile à combustible GNL

Un partenariat pour des cargos à pile à combustible GNL
Respectivement premier fournisseur mondial de piles à combustible stationnaires, et une des plus grandes entreprises de construction navale de la planète, Bloom Energy et Samsung Heavy Industries (SHI) viennent de s’associer pour construire des navires équipés de piles à combustible à oxyde solide fonctionnant au gaz naturel liquide.
 

45% de GES en moins

Selon les chiffres communiqués par les partenaires, « 80% de la flotte maritime mondiale utilise du fioul lourd ou du fioul de soute ». La combustion de ces produits est à l’origine de « 2% à 3% des émissions de carbone » de la planète. « Si l’industrie mondiale du transport maritime était un pays, il serait le 6e plus grand émetteur de gaz à effet de serre du monde », poursuivent-ils.

Bloom Energy et Samsung Heavy Industries assurent que remplacer, dans des cargos qui grillent parfois plus de 100 mégawatts d’énergie par voyage, les moteurs alimentés en produits pétroliers par leur solution s’appuyant sur des piles à combustible GNL, permettrait de réduire de 45% les émissions annuelles de gaz à effet de serre provenant du secteur du transport maritime.
 

Santé publique

SHI et Bloom Energy rappellent également qu’une étude datant de 2018 a révélé que la pollution due aux transports maritimes était la cause de 14 millions de cas d’asthme infantile chaque année et de 400.000 décès prématurés par cancer du poumon et maladies cardiovasculaires.

Par leur combustion, les produits pétroliers alimentant les gros navires relâchent globalement dans l’atmosphère de lourdes quantités de soufre et de particules. De leur côté, les piles à combustible à oxyde solide développées par Bloom Energy produisent de l’énergie électrique grâce à une réaction électrochimique exempte de combustion. D’où une élimination quasi totale des émissions de particules, d’oxydes d’azote et de soufre.
 

Contraintes 2050 de l’OMI

Développée à grande échelle, l’architecture portée par les 2 partenaires pourrait jouer un rôle clé pour satisfaire aux exigences de l’organisation maritime internationale (OMI) pour 2050. Par rapport aux niveaux de 2008, Samsung Heavy Industries, comme tous les constructeurs de navires, doit réduire de 50% les émissions des véhicules maritimes lourds nouvellement produits. D’où cette volonté de SHI d’être le premier sur le marché à livrer un grand cargo - un pétrolier de type Aframax- dont la chaîne de propulsion s’appuiera sur des piles à combustible.

Conçues par Bloom Energy, elles peuvent indifféremment être alimentées par du gaz naturel, du biogaz ou de l’hydrogène liquide. Pour les cargos, l’utilisation de GNL est la plus évidente dans un premier temps, déjà couramment exploité dans le secteur du transport maritime. Un passage à l’hydrogène est toutefois envisageable à plus longue échéance.


 

Approuvée par DNV GL

Société internationale de services dans le management de la qualité et des risques, DNV GL a approuvé l’adaptation de la solution modulaire Bloom Energy Servers à de gros navires, en espace clos. Ce serait là une nouvelle exploitation de cette architecture à base de pile à combustible déjà très diversement utilisée.

Contrairement à de gigantesques moteurs thermiques, les PAC pourraient être scindés en lots de 200 kW au moins à repartir sur toute la surface du bateau pour une meilleure répartition des masses et un emploi plus fin de l’espace. Selon les partenaires, la place prise par la nouvelle chaîne de propulsion est quasi identique à celle des habituels moteurs et des réservoirs de fioul associés.

 

Partager cette page

A lire également

Ajouter un commentaire