L'UE double ses objectifs de production de biogaz

L'UE double ses objectifs de production de biogaz
L’Union Européenne souhaite porter à 35 milliards de mètres cubes par an, d’ici à 2030, la production de biogaz à partir de déchets de l’industrie agricole. Une décision qui résulte des tensions sur le marché de l’énergie générées par la guerre en Ukraine.
 
Passer de 3,5 milliards de mètres cubes de biogaz produits actuellement, à 35 milliards par an en 2030 ; c’est certes un doublement de l’objectif antérieur, mais cela revient surtout à multiplier par dix les volumes actuels ! Face à la guerre en Ukraine et son impact sur les approvisionnements en énergie, l’Europe, via son projet «REPowerEU» considère enfin que le biométhane, et donc le bioGNV, est une véritable alternative au gaz naturel russe. 
 
Harmen Dekker, PDG de l’association européenne du biogaz EBA, pense que cet objectif est atteignable, voire dépassable. Il souligne que « l’objectif [de production] de biogaz représente plus de 20 % des importations actuelles de gaz de l’UE en provenance de Russie. D’ici à 2050, ce potentiel peut tripler, dépassant largement les 100 milliards de mètres cubes et couvrant 30 à 50 % de la future demande de gaz de l’UE ».
 
Pour y parvenir, l’UE déploie un train de mesures, parmi lesquelles l’assouplissement des règles de subvention des agricultures nationales par les États. Non limité à la production de biogaz, cet élargissement du cadre vise aussi à soutenir les agriculteurs durement touchés par une hausse brutale de leurs consommables.
 
Reste cependant que la question de la production de biogaz est controversée au sein même du secteur agricole. Si certains y voient une possibilité d’augmenter leurs revenus, d’autres affirment qu’elle prive les exploitations et les sols de ressources précieuses, telles que le fumier et les résidus de culture. Pour atteindre le premier objectif de production de 35 milliards de mètres cubes d'ici à 2030, un travail important d’accompagnement de la filière reste donc à faire.

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Seat Arona TGI
Testez le SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

2 Commentaires

  1. Régis FaguelinPublié le 14/03/2022 à 15:03

    Bien évidemment, le biogaz est une de nos énergies d’avenir s’il concerne seulement les déchets fermentescibles.
    Pour autant, je regrette de ne pas voir dans cet article un appel à la raison concernant les nuisances olfactives pour le voisinage des lieux de production.
    Ne pas respecter les habitants des sites, c’est une manière pour la filière de se tirer une balle dans le pied en générant du désaccord, voire de la colère.

  2. sisoldo52Publié le 15/03/2022 à 18:15

    D’accord avec Régis Faguelin,
    La guerre risque d’avoir bon dos pour créer anarchiquement des stations de méthanisation et y mettre n’importe quoi (et surtout des produits destinées à l’alimentation !) sous prétexte qu’il faut produire à tout prix. Quid de la toxicité des digestats ? Pour les mettre où ? On sait bien le "gap" qu’il y a entre les beaux discours aux élus et instances, et la réalité du terrain.
    Le "quoi qu’il en coûte énergétique" est en route...

Ajouter un commentaire