Finlande : une aciérie teste le bioGNL comme combustible pour ses navires

Finlande : une aciérie teste le bioGNL comme combustible pour ses navires
Depuis l’an dernier SSAB (aciérie finlandaise), en partenariat avec la compagnie ESL Shipping et le fournisseur de Gaz Gasum, achemine certaines de ses matières premières grâce à deux navires alimentés en partie au GNL. Les cargos Viikki et Haaga, SSAB ont permis de réduire de moitié les émissions de CO2 sur les destinations desservies. Une nouvelle étape vers la décarbonation est en passe d’être franchie avec désormais l’emploi de bioGNL.

Depuis le début du mois, ces trois entreprises expérimentent l’emploi du bioGNL en remplacement, à terme, d’autres carburants fossiles. L’un des deux bateaux d’ ESL Shipping, le Viikki, a été ravitaillé en GNL et un chargement additionnel de bioGNV a été effectué. C'est une première pour un navire finlandais.

« Avec ce test, nous cherchons à savoir si le biogaz pourrait être utilisé en petites quantités pour le transport maritime afin de réduire les émissions. Le méthane contenu dans le biogaz provient de matières biogènes et ne contient donc pas de charbon fossile. Cela signifie que la quantité de biogaz utilisée dans le test pourrait réduire davantage (25 à 28 %) les émissions de CO2 fossile provenant de cette chaîne de transport » explique Harri Leppänen, responsable de l'environnement, de la santé et de la sécurité chez SSAB.

Pour éliminer les émissions de CO2 fossile de la chaîne de transport, il faudrait remplacer tout le GNL par du bioGNV et le carburant diesel par du biodiesel non fossile. La gageure n’est pas simple à relever mais ne semble pas effrayer les partenaires de cette opération. Mikki Koskinen, directeur général d'ESL Shipping a d’ailleurs réaffirmé que « l'objectif environnemental  de notre entreprise pour 2020 est de tester le biogaz dans nos navires. Nous nous sommes engagés dans un travail environnemental à long terme avec SSAB depuis des années, et nous franchissons maintenant une nouvelle étape importante vers un transport maritime sans énergies fossiles ».
 
Le challenge est aussi du côté de la capacité à produire des bio-carburants, mais Jacob Granqvist, directeur des ventes maritimes de Gasum, ne semble pas inquiet. « Nous augmentons sans cesse notre production et notre approvisionnement en biogaz pour répondre à la demande croissante de nos clients, c’est une stratégie de long terme pour nous ».

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Découvrez le premier SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire