La gazéification hydrothermale, l'avenir de la production de biométhane ?

La gazéification hydrothermale, l'avenir de la production de biométhane ?
Dans le cadre du projet Gazhyvert 2, le CEA et GRDF se sont associés pour faciliter le développement d’un démonstrateur de gazéification hydrothermale. Cette technologie pourrait représenter jusqu’à 12 % de la production totale de gaz verts en France à horizon 2050.

Dans un communiqué récent, GRDF annonce soutenir l’émergence de la gazéification hydrothermale, qui permet de produire du biométhane à partir de boues d’épuration, en réutilisant la chaleur issue du procédé. Le projet Gazhyvert 2, lancé conjointement par GRDF et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), a pour objectif de définir les adaptations nécessaires à l’industrialisation de cette technologie d'ici à 2025.

D’après GRDF, « le potentiel total de production de gaz verts en France à l’horizon 2050 s’élève à 420 TWh. La gazéification hydrothermale pourrait représenter jusqu’à 50 TWh de cette production, aux côtés d’autres technologies comme la méthanisation - qui demeurera majoritaire en volume – le power-to-gas ou la pyrogazéification. »

La gazéification hydrothermale, qu’est-ce que c’est ?

La gazéification hydrothermale permet de produire du gaz renouvelable à partir de matière organique liquide (boues de stations d’épuration), en opérant à haute température et à pression élevée. Cette technologie convertit jusqu’à 90 % du carbone contenu dans la biomasse en biogaz, utilisable comme carburant ou autre énergie alternative. Grâce à la récupération des sels minéraux, elle permet aussi de nourrir et fertiliser les sols durablement.

La biomasse liquide utilisée pour la gazéification hydrothermale n’est ni épandable, ni compostable, ce qui rend ce procédé de valorisation très intéressant.


 
Source : GRDF
 

Pour plus d'information - contactez nos partenaires

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Arona GNV

Seat Arona TGI
Testez le SUV au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le Seat Arona TGI, le SUV au gaz naturel et ses 300 kilomètres d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

1 Commentaire

  1. AlberiPublié le 15/06/2022 à 12:02

    Bonjour,
    Merci pour cet article, mais je reste sur une expectative, car je n’ai pas assez d’éléments dans cet article pour comprendre en quoi cette gazéification hydrothermale se place différemment par rapport au traitement par méthanisation des STEP, les boues des stations d’épuration urbaines (STEU) et industrielles (STEP).
    Pourrait-on avoir des éléments chiffrés pour mieux comprendre le positionnement de ces 2 techniques ?

Ajouter un commentaire