STIA célèbre ses dix ans d'expertise dans la tuyauterie industrielle

STIA célèbre ses dix ans d'expertise dans la tuyauterie industrielle
A l’occasion de ses 10 ans d’existence, STIA (Service de technologies industrielles Atlantique), spécialiste en tuyauterie, transferts industriels et maintenance, a organisé des journées portes ouvertes avec une clôture festive. Nous sommes allés à Sainte-Luce-sur-Loire, près de Nantes (44), à la rencontre d’une équipe véritablement engagée, dynamique et sympathique.
 
Pour rappel, la société STIA a été créée en 2012 sous l’impulsion de 3 associés, messieurs William Wafo, François Griveau, et Hervé Quérard. Nous avions déjà interviewé en avril 2021 David Baudy, chargé d’affaire.
 
Les éléments qu’il nous avait donnés à l’époque restent en grande majorité d’actualité. Peut-être faudrait-il réajuster quelques chiffres. En particulier le nombre des stations GNV et multiénergies pour lesquelles STIA est impliquée dans la construction. Il est passé de 15 à 20.
 
« Nous avons commencé par une station par an, avec une croissance constante qui nous amène aujourd’hui à participer à 5 nouveaux projets par exercice. Nous sommes par exemple intervenus à Mitry-Mory (77), Besançon (25), Cestas (33), Beuzeville (27), Noyal-sur-Vilaine (35). Nous allons nous occuper de la station AS24 de Trappes, dans les Yvelines, et de celle d’Ancenis pour Avia. Cette dernière est située dans notre département. C’est la réalisation la plus proche de notre siège », commente David Baudy.
 

Surtout dans la moitié Ouest de la France

« Nous pouvons intervenir un peu partout en France. Pour limiter les déplacements lointains, nous privilégions cependant la moitié Ouest. Nous travaillons sur les réseaux de gaz naturel à haute et basse pressions. Nous intervenons de plus en plus sur des projets autour de l’hydrogène. Un gros développement est attendu dans cette direction », explique le chargé d’affaire.
 
« Pour les stations GNV/bioGNV, nous réalisons peu d’éléments dans les ateliers de Sainte-Luce-sur-Loire. Un bon 99 % du travail est effectué directement sur les chantiers. Nous nous adaptons aux opérations de génie civil, à la maçonnerie. Nous gagnons beaucoup de temps à réaliser ainsi notre ouvrage sur place », assure-t-il. « Notre rôle ne se limite pas à fournir et monter des canalisations sur mesure. Nous pouvons aussi nous occuper de la manutention des équipements et de la maintenance. Nous pouvons travailler directement sur des conteneurs, notamment pour la production d’azote », détaille-t-il.
 

De nouveaux locaux depuis 4 ans

Lors de notre passage, 2 de ces conteneurs de production d’azote, ou skids (process industriels déplaçables), étaient justement présents dans l’entreprise. A l’extérieur, le premier recevait une rénovation. Un second, neuf, était en cours d’équipement.
 
« Nous installons d’abord les câbles électriques, puis la tuyauterie réalisée sur place », a mis en avant Jérôme Martin, chef de projet en tuyauterie et chaudronnerie. Ces 2 programmes sont facilités par l’origine du bâtiment. « Nous sommes ici depuis 4 ans. Nous étions trop à l’étroit dans nos anciens locaux. Les nouveaux servaient précédemment à la logistique d’une autre entreprise. Les quais d’embarquement ont été adaptés à nos besoins », précise David Baudy. « Notre clientèle est essentiellement typée industrielle. Nous travaillons moins avec les collectivités », précise-t-il.

Une montée en puissance sur la méthanisation

« Nous réalisons aussi de la tuyauterie pour la méthanisation. C’est par l’intermédiaire de notre client Prodeval que nous sommes arrivés sur ce marché. C’était d’abord en dépannage. L’entreprise est installée sur le secteur de Lyon. Pour un de ses projets plus proche de chez nous, nous avons réalisé un conteneur », expose Jérôme Martin.
 
« Nous avons travaillé pour HoSt sur le projet d’unité de méthanisation avec cogénération à Nord-sur-Erdre. Sur plan, il est possible de réaliser toute une partie en préfabrication. L’ensemble a ici pris place sur une dalle en béton. Nos tuyaux de liaison ont une section comprise entre 80 et 250 mm », illustre-t-il.
 
Les réalisations autour de la méthanisation s’enchaînent chez STIA, entre celles déjà en service et les projets à venir. Jérôme Martin a ainsi cité quelques sites et collaborations : « avec Engie BiOZ, près du Mans ; pour Air Liquide ; Méetha Sede à Saoudan près de Châteaubriand ; entre Limoges et Poitiers ; entre Agen et Bordeaux. Nous serons aussi prochainement en Lorraine pour l’unité Méthagri Meuse de Contrisson ».
 

Sur l’hydrogène aussi

L’hydrogène, c’est la partie de François Griveau, l’un des 3 cofondateurs de STIA. « Nous sommes sur le sujet depuis 5 ou 6 ans. Notre premier dossier, c’était pour FM Logistic. Nous avons réalisé 3 stations de remplissage pour des chariots de manutention », se souvient-il.
 
« Nous travaillons beaucoup avec Air Liquide. Nous avons été mis à contribution sur un gros chantier de centre de dépotage d’hydrogène. Sous pression à 450 bars, ce dernier permettra de remplir des camions qui livreront des stations Hype à 300 bars pour le projet Paris 2024. Les athlètes des Jeux olympiques devraient être transportés dans des véhicules fonctionnant à l’hydrogène », développe-t-il.
 
Pour rappel, la société Hype s’active depuis 2015 à intensifier la présence de taxis électriques à pile à combustible hydrogène dans la Capitale. En décembre dernier, elle a levé 20 millions d’euros qui contribueront à réaliser son objectif d’aligner une flotte de 10 000 véhicules à hydrogène pour les JO programmés en France dans 2 ans. « Pour ce projet, nous avons par exemple réalisé à Sainte-Luce-sur-Loire 11 tableaux avec des vannes de pilotage », se réjouit François Griveau.
 

La soudure au cœur des projets

Pour ses 10 ans, STIA a tenu à mettre en avant l’activité des soudeurs. Au cœur de la réalisation des tuyauteries, la soudure doit être parfaite. Et pas seulement visuellement sur la partie extérieure. Aussi et surtout à l’intérieur où elle ne doit ni entraver l’écoulement des gaz, ni transmettre des impuretés. Tout en assurant une parfaite étanchéité.
 
Des démonstrations ont été réalisées sur place, à partir de matériel fourni par Technidis et Polysoude. Installé à Nantes, à quelques kilomètres de STIA, Polysoude fête également un anniversaire : ses 60 ans. Ingénieur et responsable commercial pour cette dernière, Philippe Linker a effectué devant nous une opération de soudage orbital, particulièrement intéressante pour assembler avec une très haute précision des tuyaux de petites sections (3 à 60 mm).
 
L’appareil se présente comme une mâchoire (tête de soudage fermée) qui reçoit de chaque côté un des éléments à solidariser. Sous protection gazeuse afin d’éliminer les effets métallurgiques négatifs, l’électrode va tourner autour de la ligne de réunion bord à bord des 2 pièces, sans ajout de métal. Une fois l’ensemble soudé et refroidi, on constate que la zone de soudure est parfaitement lisse, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Quand les mobilités au gaz ouvrent des marchés

Polysoude, qui réalise 80 à 85 % de son chiffre d’affaires à l’export, et qui compte des clients prestigieux comme Rolls-Royce, Siemens, Airbus, Boeing, Thales Alenia Space, Safran, Hyundai, Westinghouse, etc., a fourni à STIA 2 machines à soudure Orbital.
 
« Elles permettent de réaliser des soudures qui seraient très difficiles à effectuer manuellement, avec la qualité requise pour l’aéronautique par exemple », souligne Philippe Linker. « Nos premiers tests avec de la tuyauterie pour l’hydrogène ont été menés à Bordeaux. Nous avons reçu d’Airbus une commande pour une machine automatique dans le cadre de la fabrication des réservoirs d’hydrogène pour les futurs avions. Des sous-traitants des Chantiers de l’Atlantique s’intéressent aussi à nos solutions. Les mobilités au gaz commencent à nous ouvrir des marchés », avance-t-il.

 

Une entreprise humaine

« Aujourd’hui, notre entreprise compte 48 salariés en CDI. Ce qui représente, en comptant les intérimaires, 60 postes à équivalent temps plein. La croissance a été de 20 % pendant plusieurs années, jusqu’à notre actuelle stabilisation », chiffre pour nous David Baudy.
 
Une certaine polyvalence existe dans l’attribution des projets chez STIA, selon la charge de chacun. Ce qui est palpable et remarquable dans cette entreprise, c’est la recherche d’une bonne ambiance et du bien-être des collaborateurs. On en retrouve les traces aussi bien sur les visages des personnes croisées, y compris les jeunes stagiaires, que sur les murs et tableaux d’affichage.
 
Le coin détente est également un modèle du genre pour une entreprise de cette taille : flipper, table de ping-pong, baby-foot, arc avec flèches à ventouses, chaises colorées, plantes vertes, catalogue de séjours de vacances, etc. Le vendredi après-midi est libéré, compensé par des amplitudes de travail allongées les autres jours de la semaine. En bref, visiter STIA était instructif à plus d’un titre.
 
 
Gaz Mobilité et moi-même remercions François Griveau, David Baudy, Jérôme Martin de STIA et Philippe Linker de Polysoude, pour leur accueil et leur disponibilité.
 

Pour plus d'information - contactez nos partenaires

Partager cette page

A lire également

Voiture GNV Seat Leon GNV TGI

Seat Leon TGI
La nouvelle compacte au gaz naturel

Faites des économies de carburant avec le nouvelle Seat Leon TGI, la compacte GNC aux 400 km d'autonomie.

En savoir plus Faire un essai

Ajouter un commentaire